×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and html Premature end of data in tag head line 1 Premature end of data in tag html line 1

expo "Rendons la Réforme aux Genevois" aux Bains des PâquisL’exposition consacrée à la Réforme à Genève présentée en 2017, durant l’année du Jubilé des 500 ans, vit une nouvelle vie. Condensée en 17 panneaux, elle se donne désormais à voir jusqu’au 17 juin aux Bains des Pâquis.

Par Joël Burri

«Calvin n’est pas arrivé à Genève et “pouf”, la réforme a eu lieu», sourit Anouk Dunant Gonzenbach, archiviste aux archives d’État de Genève. «Dès 1520 les idées luthériennes qui se répandent, engendrent à Genève une ferveur religieuse. Un mouvement aussi motivé par des raisons politiques, puisqu’il s’agissait d’échapper au Duc de Savoie. La Réforme n’est donc pas la seule cause du changement à Genève», a souligné l’historienne, jeudi 17 mai lors de la soirée de vernissage de l’exposition à voir jusqu’au 17 juin aux Bains des Pâquis à Genève.

Andrzej Choromanski (à droite) et Olav Fykse Tveit présentent l’identité visuelle du pèlerinage œcuménique du pape François et du Conseil œcuménique des Églises du 21 juin 2018 à Genève. François sera de passage à Genève le 21 juin prochain. Si les collaborations entre l’Église catholique romaine et le Conseil œcuménique se multiplient, il n’est pas question pour autant de parler d’adhésion à l’organisation internationale.

Photo: Andrzej Choromanski (à droite) et Olav Fykse Tveit présentent l’identité visuelle du pèlerinage œcuménique du pape François et du Conseil œcuménique des Églises du 21 juin 2018 à Genève.

Par Joël Burri

«Le Saint-Père nous rappelle parfois que “ceux qui persécutent les chrétiens ont mieux compris que nous le sens de l’unité.” Pour lui, c’est un sujet de honte!», relate Andrzej Choromanski du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. «Lorsqu’ils commettent leurs persécutions, ils ne demandent pas à leur victime si elles sont luthériennes, méthodistes ou catholiques, ils les voient tous comme des chrétiens», a complété le théologien présent mardi à Genève, lors de la conférence de presse présentant le programme de la visite du pape François au Conseil œcuménique des Églises (COE).

Entraide CC(0) Evangelisch-reformierten Landeskirche des Kantons Zürich. via https://flic.kr/p/rpGGuTLundi à Berne, la quatrième assemblée plénière de Diaconie Suisse a été l’occasion de discuter du statut des groupes de travail et du bon développement du portail numérique diaconie.ch.

Par Martin Bernard

«Il est bon de toujours rappeler que l’Église est au service des êtres humains, et non l’inverse.» C’est avec ces mots, en s’inspirant de vitraux de l’artiste peintre argovien Felix Hoffmann, que le président de Diaconie Suisse Beat Maurer-Suter a ouvert la quatrième assemblée plénière de la Conférence, lundi à Berne. La rencontre s’est déroulée en présence de quelque 30 membres des exécutifs en charge dans les Églises réformées de la diaconie (action sociale menée au nom des valeurs chrétiennes). Tous sont venus avec la motivation de travailler ensemble à faire tomber les barrières cantonales et linguistiques. «Par vos solutions communes de débat et de recherche, vous témoignez du fait que nous sommes unis dans toute la Suisse derrière un même idéal», a appuyé Ruth Pfister, membre du conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse.

peace builder CC(0) via https://pixabay.com/fr/la-paix-peacebuild-2288958/Les 193 états membres de l’ONU ont instauré une «Journée internationale du vivre ensemble en paix», en décembre dernier. Elle sera célébrée ce 16 mai pour la première fois. Différents événements se déroulent en Suisse romande à cette occasion.

Par Laurence Villoz

«C’est un signal très fort, qui montre qu’il y a un désir de paix partout dans le monde», s’enthousiasme Catherine Touaibi, porte-parole de l’Association internationale soufie Alâwiyya (AISA) Suisse. Pour la première fois, la «Journée internationale du vivre ensemble en paix» sera célébrée le 16 mai. Sur une idée du Cheih Khaled Bentounes, président d’honneur d’AISA ONG Internationale, la résolution a été adoptée à l’unanimité par les 193 états membres de l’ONU en décembre dernier.

Trump is a friend of ZionÉvangéliques américains et gouvernement Netanyahou savouraient leur triomphe lundi alors qu’à Gaza, le nombre de morts dépassait les cinquante personnes en début de soirée.

Par Aline Jaccottet, Jérusalem

Il savoure son jour de gloire, et il compte bien le faire savoir. Fondateur du Musée des Amis de Sion, l’évangélique américain Mike Evans a pavoisé lundi matin sur la colline qui surplombait l’entrée principale de la désormais ambassade américaine. Débarqué d’un bus bleu flashy où l’on pouvait lire: «Trump is a Friend of Zion», l’homme aux 70 livres — c’est du moins ce qu’il prétend avoir écrit — exultait derrière sa moustache. «Il s’est écoulé septante ans entre la destruction du premier et du second Temple de Jérusalem, septante ans entre la reconnaissance d’Israël par les États-Unis et celle de Jérusalem comme capitale. La rédemption du monde est proche, car la vérité est enfin dite: la Ville Sainte appartient aux Juifs!» Très proche de Donald Trump, Mike Evans est un sioniste convaincu qui a fait de la souveraineté juive le combat de sa vie. Et quand on lui demande pourquoi, il n’hésite pas à se raconter. «Ma mère était juive orthodoxe et mon père, chrétien. Ma mère était battue par mon père qui a failli me tuer lorsque j’avais onze ans. À moitié mort, je me suis fait la promesse de toujours faire respecter les Juifs par les chrétiens!», lance-t-il devant quelques journalistes européens médusés.

Côte à côte, les drapeaux d'Israël et des États-Unis. CC(by) Ze'ev Barkan via https://flic.kr/p/e5aNJAC’est à eux que le gouvernement israélien doit la reconnaissance de Jérusalem capitale d’Israël: les évangéliques sionistes américains représentent une force puissante de l’électorat de Donald Trump. Rencontres à Jérusalem avec ces chrétiens convaincus d’œuvrer directement pour la rédemption.

Photo: Côte à côte, les drapeaux d'Israël et des États-Unis. CC(by) Ze'ev Barkan 

Par Aline Jaccottet, Jérusalem

Dimanche matin, l’heure était à la communion interreligieuse à la Knesset, le Parlement israélien. Invités par le gouvernement américain à venir assister à l’inauguration de l’ambassade US à Jérusalem, une délégation d’évangéliques proches de Donald Trump a profité de l’occasion pour venir délivrer un message aux juifs israéliens. «Nous sommes vos amis et nous reconnaissons que vous êtes l’incarnation vivante de la parole de Dieu. C’est vous qu’Il a désigné comme son peuple: sans vous, nous n’existerions pas», a déclaré le très influent pasteur évangélique californien Jim Garlow, applaudi par les quelque 200 personnes des deux confessions venues l’écouter.

© 2018 Protestinfo