×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Dès le 1er novembre, la mendicité sera illégale dans le canton de Vaud. Une décision vivement critiquée par la pasteure Diane Barraud qui pointe un manquement éthique.

Par Laurence Villoz

«J’ai toujours été très choquée par l’interdiction de la mendicité. Cela me pose un problème éthique qu’on place la tranquillité des passants au-dessus de la souffrance liée à la précarité», réagit la pasteure Diane Barraud, médiatrice Églises-réfugiés et aumônière à Point d’appui, un espace qui accueille des migrants au centre de Lausanne.  Le 1er novembre, l’interdiction de la mendicité entrera en vigueur dans l’ensemble du canton de Vaud. Dès cette date, quiconque sera surpris en flagrant délit pourra être sanctionné d’une amende de 50 à 100 francs, affirme le Conseil d’État dans un communiqué. Et la facture pourra atteindre les 500 à 2000 francs pour celui qui envoie mendier des personnes mineures ou dépendantes.

La cathédrale de Lausanne était pleine, samedi après-midi, à l’occasion du culte de consécration ou d’agrégation pour 11 pasteurs et diacres.

Par Laurence Villoz et Joël Burri

Ambiance «fête de famille» cet après-midi du samedi 1er septembre autour de la cathédrale de Lausanne. Tout le gratin de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) se réunissait pour la journée d’Église annuelle. Le point fort de la manifestation a été la consécration de quatre diacres (une femme et trois hommes) et de cinq pasteurs (deux femmes et trois hommes) et l’agrégation au corps pastoral vaudois d’un diacre et d’un pasteur déjà consacrés par une Église sœur.

La Vaudoise Flavie Bettex, 27 ans, se retrouve devant la justice, car elle sous-louait un appartement à un migrant débouté. Fait stupéfiant: l’Établissement vaudois d’accueil des migrants prenait en charge le paiement du loyer.

Par Laurence Villoz

Flavie Bettex ne s’imaginait pas qu’en venant en aide à un migrant avec le soutien de l’Établissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM), elle se retrouverait devant les tribunaux. «C’est un ami de longue date. Il a toujours été discret par rapport à sa situation, par pudeur. Un jour, il s’est ouvert à moi. Nous avons engagé de nombreuses démarches pour stabiliser sa situation. Nous sommes allés devant le Grand Conseil pour soutenir sa cause, mais finalement il a reçu une réponse négative», raconte la Vaudoise de 27 ans. Ario* est chrétien. Il a quitté son pays, l’Iran, car il était en danger en raison de divergences d’opinions politiques. Le jeune homme est débouté depuis plus de 6 ans, «mais il ne peut pas être renvoyé par les autorités, car il risquerait sa vie s’il retournait en Iran». Malgré tout, Flavie Bettex l’a toujours soutenu.

lundi, 02 juillet 2018 11:00

L’Action parrainage fait la fête!

Durant la fête d’Action parrainage, il était possible de s’initier à différents jeux. ©Action parrainagePlus de 1500 migrants et parrains se sont retrouvés samedi pour un moment de partage multiculturel.

Photo: Durant la fête d’Action parrainage, il était possible de s’initier à différents jeux. ©Action parrainage

Par Joël Burri

Des performances artistiques, des jeux de différents pays, divers ateliers créatifs et la possibilité de se restaurer en goûtant aux spécialités d’une demi-douzaine de pays. Le théâtre de l’Arsenic à Lausanne avait des allures joyeuses samedi. Les différentes personnes actives dans le réseau parrainage avaient été invitées à faire la fête. Plus de 1500 personnes ont répondu présent, selon les organisateurs.

Synode Pully ChamblandesUne majorité de l’organe exécutif de l’Église réformée imposerait une ligne sans s’entourer des responsables d’offices, de services ou de régions. La minorité du Conseil synodal serait quant à elle réduite au silence par le principe de collégialité. Une règle que le Conseiller synodal John Christin a fait voler en motivant longuement sa démission surprise, à un an de la fin de la législature.

Par Joël Burri

Coup de théâtre au Synode (organe délibérant) de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV), réuni vendredi 15 et samedi 16 à Pully. Le premier jour, juste avant la pause, le membre du Conseil synodal (exécutif) John Christin demande la parole. Alors que tout le monde s’attend à une information pratique ou une annonce d’évènement, le conseiller visiblement ému, lit un long texte à la fin duquel il annonce sa démission avec effet immédiat faute de pouvoir «cautionner» les décisions récentes de l’exécutif. «Je regrette que cette discussion se passe dans ce cadre», a commenté la présidente du Synode Sylvie Arnaud, fâchée par ce procédé, après le départ du démissionnaire. Elle a ensuite proposé que les éléments soulevés par John Christin, en partie évoqués également par la commission de gestion dans son rapport, soient discutés le lendemain au moment du débat sur la gestion 2017. Un point pour lequel le bureau du Synode a finalement prononcé un huis clos excluant de la salle le public, les journalistes et les employés de l’administration centrale de l’EERV à l’exception du Conseil synodal.

© 2018 Protestinfo