×

Message

Failed loading XML...

Cathédrale Saint-Pierre à Genève. CC(By 2.0) Daniel Jolivet

Séance animée au Consistoire! Les autorités ecclésiales à peine réinstallées lors d’un culte, la première rencontre de l’organe délibérant de la législature a donné lieu à quelques échanges musclés autour des priorités de l’Eglise.

Photo: La cathédrale Saint-Pierre Daniel Jolivet CC(by)

Par Joël Burri

«Chers amis, frères et sœurs. Nous sommes-là au cœur du débat. Il faut faire des choix», a tonné Emmanuel Fuchs, président de l’Eglise protestante de Genève (EPG) jeudi devant le Consistoire. Cette notion de choix dans une Eglise qui a dû réduire de façon importante le nombre de ses ministres est revenue à plusieurs reprises lors des débats de l’organe délibérant de l’EPG qui se réunissait jeudi et vendredi soir à Malagnou.

Synode vaudois vote familles au pluriel ©NEV via http://www.nev.it/nev/2017/08/25/famiglie-al-plurale-approvato-un-documento-storico-primo-dal-1971/Réunies en Synode annuel, les Eglises vaudoise et méthodiste se sont engagées contre le racisme, la xénophobie et pour la reconnaissance de la pluralité des modalités de vie commune.

Photo: ©NEV

Job avec NEV

«Le conflit entre les Eglises a été l’une des maladies du christianisme. Aujourd’hui, les conditions de confiance mutuelle nous permettent de soigner cette maladie. Nous devons continuer à nous écouter mutuellement avec estime, respect et surtout avec le cœur. Désormais, nous pouvons dire que nous sommes dans une phase de soins infirmiers», a déclaré le pasteur Eugenio Bernardini, modérateur des Eglises vaudoise et méthodiste, vendredi 25 août, dans son discours de fermeture du Synode. 180 délégués étaient réunis à Torre Pellice, dans le Piémont, depuis le 20 août pour leur assemblée annuelle. Outre les finances de l’Eglise, et la consécration de cinq nouveaux ministres; l’œcuménisme, les familles au pluriel, la liberté religieuse, et l’engagement social étaient au menu des débats des 90 pasteurs et 90 laïcs délégués.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

lundi, 19 juin 2017 09:30

Les paroisses négocient l’addition

synode sainte croixPlus de la moitié du montant des oboles glissées dans les troncs des paroisses protestantes vaudoises est reversé à la caisse centrale de l’Eglise, mais cette proportion varie d’un bout à l’autre du canton puisque la contribution d’une paroisse dépend du nombre de ses membres et non des montants qu’elle collecte effectivement. Un fonds de solidarité entre paroisses va être créé pour aider celles qui peinent à atteindre leurs objectifs.

Par Joël Burri

«Est-ce qu’on entend faire rayonner l’Eglise vaudoise dans son entier ou est-ce qu’on entend faire rayonner sa paroisse? Notre Eglise est très congrégationaliste», s’est agacée la pasteure Florence Clerc-Aegerter devant le Synode de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud. Réuni à Sainte-Croix vendredi après-midi et samedi, l’organe délibérant a pris beaucoup de temps pour débattre des montants que les paroisses doivent verser à la caisse centrale.

Le Conseil du consistoireLe processus de fusion des paroisses, en cours depuis plusieurs années, a suscité de fortes réactions au sein des délégués de l’Eglise protestante de Genève, réunis les 15 et 16 juin en Consistoire. Mécontents, certains membres parlent de «forcing».

Photo: Six des sept membres du Conseil du consistoire. De gauche à droite: Rémy Aeberhard, Alain de Felice, le président Emmanuel Fuchs, Charles de Carlini, Joëlle Walther et Anne Pérréard Vite. 

Par Laurence Villoz

«Nous vivons en fédération de paroisses, pas par choix, mais pour des raisons matérielles», a lâché le délégué André Monnard de la paroisse Centre-Ville – Rive-Droite, lors du consistoire de l’Eglise protestante de Genève (EPG). «Le processus de régionalisation relève du forcing. J’ai reçu les plaintes de plusieurs citoyens qui ont arrêté de payer leurs cotisations, parce qu’ils n’étaient pas satisfaits de la manière dont les choses ont été imposées», a ajouté Eduard Dorenbos de la paroisse d’Aïre-Le-Lignon. 

Un carnet d'adresses CC(by) Vale https://flic.kr/p/scCTXTrop souvent, la case «confession» est laissée vide par les employés d’état civil neuchâtelois. Les Eglises prennent des mesures pour pouvoir à nouveau s’appuyer sur les bases de données pour leurs activités.

Photo: Un carnet d'adresses. CC(by) Vale

Par Joël Burri

«J’ai découvert que dans les administrations communales, les employés ne reçoivent pas de consigne claire quant à la manière d’inscrire la confession des personnes. Ainsi, quand un enfant naît, certains employés communaux ont pris l’habitue de l’inscrire comme la mère, d’autres comme le père, d’autres inscrivent systématiquement “sans confession”», s’était émue la pasteure Diane Friedli en déposant une motion au Synode (organe délibérant) de l’Eglise réformée évangélique du Canton de Neuchâtel (EREN). Mercredi au Louverain (Les Geneveys-sur-Coffrane), le Conseil synodal (exécutif) a rendu son rapport. Le constat de la pasteure de Cortaillod est largement partagé et l’Eglise a décidé d’une série de mesures pour lutter contre cette épidémie de paroissiens inscrits comme «sans confession» à leur insu.

© 2017 Protestinfo