×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Arabe chrétien de Nazareth, Nabil Abou Nicolas est musicien. Laïc consacré, il vit sa quête de Dieu à travers la Communauté Vie nouvelle qui œuvre à l’unité de l’Église.

Aline Jaccottet, abbaye de Latroun, «Terre sainte magazine» et Protestinfo

On ne l’a jamais rencontré, mais il nous gratifie d’une vigoureuse embrassade. Vêtu de blanc, une grande croix en bois autour du cou, le cinquantenaire barbu a le rire jovial et l’accueil simple. «Habibti, ma chérie, bienvenue à l’abbaye de Latroun!» Ce lieu de paix et de nature à quelques mètres à peine de l’autoroute qui relie Tel-Aviv à Jérusalem, Nabil Abou Nicolas l’affectionne particulièrement. «Dans des lieux comme celui-ci, je me ressource», dit-il tandis que nous nous asseyons dans une pièce pleine de vieux livres, dont les larges fenêtres donnent sur les arbres millénaires de Latroun.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

vendredi, 08 mars 2019 10:33

L’abrupt chemin vers la quiétude

Elle a pardonné au Palestinien qui l’a agressée et œuvre pour le dialogue, un engagement qui n’empêche pas Michal Froman, habitante de la colonie juive de Tekoa en Cisjordanie, de s’interroger profondément sur sa relation à Dieu et au monde.

Par Aline Jaccottet, Tekoa, «Terre sainte magazine» et Protestinfo

Perché au sommet d’une colline de Cisjordanie, Tekoa ressemble davantage à un village de vacances qu’à l’idée que l’on peut se faire d’une colonie israélienne. Espaces verts soigneusement entretenus, maisons coquettes, air pur et paysages à couper le souffle ont attiré des Israéliens de tous horizons. On compte même un certain nombre de religieux «hippies» parmi ses 4000 habitants. Véganisme, yoga, méditation, voyages en Inde: Tekoa passe pour être l’une des implantations les plus «new age» de toute la Cisjordanie.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Arménienne et Palestinienne, Nora Carmi a transformé les souffrances du génocide et des guerres en force pour la paix. À la suite de son père et de son grand-père, cette chrétienne orthodoxe a consacré sa vie à l’harmonie religieuse dans Jérusalem.

Aline Jaccottet, Beit Hanina, «Terre sainte magazine» et Protestinfo

C’est l’histoire d’une vie dans laquelle se lit l’Histoire. Les pages où l’on meurt, celles où l’on fuit; et celles où l’on guérit en imaginant le bonheur. Un récit émaillé de «r» qui roulent et de mots recherchés, dans un français parfait et une tranquille fluidité. Car après avoir passé sa vie à œuvrer pour la paix, Nora Carmi est sereine.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

jeudi, 21 février 2019 09:36

À l’école de Dieu et de la terre

Professeur et agriculteur, Nidal Abdel Jabbar Mahmoud Kittani cultive l’amour du savoir et les terrains hérités de son père à Nazla El Gharbiyye, près de Tulkarem. En espérant réussir l’examen que lui prépare le Maître…

Par Aline Jaccottet, Nazla Al Gharbiyye, «Terre sainte magazine» et Protestinfo

Ici, c’est la Palestine. Citronniers, orangers, oliviers ornent cette terre fertile où défile l’heureux cortège des saisons, avec leur lot de soleils et de pluies qui ont rythmé la vie de générations d’agriculteurs. La pimpante Netanya, cette ville israélienne de plages et de business, n’est qu’à vingt kilomètres, mais comme elle semble loin. Un checkpoint a été passé… Ici, les routes sinueuses sont creusées par les nids de poule et les gamins jouent au ballon devant des maisons toutes blanches dont les cours sont soigneusement cachées.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Désireuse de transmettre son savoir à sa communauté, Sivan Rotholz va devenir rabbine. Un choix qui force l’Israélo-américaine à se confronter à un exercice difficile pour elle: la prière rituelle

Par Aline Jaccottet, «Terre sainte magazine» et Protestinfo

Elle a eu trois vies au moins. Dans la première, elle a été avocate aux affaires familiales dans la baie de San Francisco, en Californie. Dans la deuxième, elle a enseigné la poésie et l’approche féministe de la Torah. Dans la troisième, Sivan Rotholz a choisi d’être rabbin. Le lien entre ces existences à première vue si différentes? La quête de sa place dans le monde en tant que femme, à travers l’étude des textes… et la remise en question.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2019 Protestinfo