×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
mercredi, 13 février 2019 16:51

Clichés du Christ

Les photographes contemporains ont réinvesti la figure du Christ pour transmettre des messages engagés au public. Nathalie Dietschy, docteure en lettres et auteure de l’ouvrage «Le Christ au miroir de la photographie contemporaine» s’est penchée sur le sujet lors d’une conférence à l’Espace culturel des Terreaux, à Lausanne, le 11 février dernier.

Par Marie Destraz

Les cheveux longs, la raie au milieu du crâne, une barbe, une moustache et un teint pâle. Ces traits sont généralement ceux que l’on attribue à la figure de Jésus. Longtemps restée la chasse gardée des artistes religieux, la figure de Jésus entre dans le champ profane dès la fin du XIXe siècle. Les photographes contemporains s’en emparent pour la détourner et transmettre un message revendicateur. «La figure de Jésus devient militante, porte-parole d’une cause, le plus souvent en faveur des populations minoritaires ou marginalisées», explique Nathalie Dietschy, docteure en Lettres de l’université de Lausanne, spécialiste de la photographie et auteure de l’ouvrage «Le Christ au miroir de la photographie contemporaine», (Ed. Alphil, 2016), lors d’une conférence à l’Espace culturel des Terreaux à Lausanne le 11 février dernier.

La 12e édition de la Semaine des religions a lieu du 3 au 11 novembre. Dans toute la Suisse, des communautés religieuses ouvrent leur porte et organisent des activités pour promouvoir le dialogue au sein de la société. Heureux hasard, l’exposition «Credo», à l’Espace Arlaud, à Lausanne, expose cette diversité en images, jusqu’au 11 novembre.

Par Marie Destraz

«Accueillir, se faire connaître, expliquer qui on est, c’est l’objectif premier de la Semaine des religions», explique Timothée Reymond, pasteur en charge du dialogue interreligieux dans l’Église réformée du canton de Vaud (EERV) et membre du comité de l’Arzillier-Maison du dialogue, qui organise plusieurs événements durant la Semaine des religions, du 3 au 11 novembre. «Nous favorisons les événements dans lesquels il y a un dialogue entre au moins deux traditions religieuses. L’échange est essentiel entre des représentants de communautés, mais aussi avec le public», insiste Timothée Reymond.

ChristianBernard IsabelleGraesslePour fêter ses vingt ans, le Musée d’art moderne et contemporain de Genève propose des collaborations avec les différents musées de son voisinage. Le Musée international de la réforme, qui fête lui ses 10 ans, accueille ainsi une exposition temporaire consacrée à la photographie et à l’architecture religieuse.

Photo: Christian Bernard, directeur du MAMCO et Isabelle Graesslé, directrice du MIR, devant des œuvres de David Spero, DR 

Par Joël Burri

«Il ne s’agit pas d’une exposition thématique consacrée à la photographie de l’architecture religieuse, puisque nous ne présentons les œuvres que de quatre photographes, ni d’une monographie consacrée à un seul artiste», a expliqué Christian Bernard, directeur du Musée d’art moderne et contemporain de Genève (MAMCO). «Il s’agit plutôt de quatre petites monographies.» De fait, les œuvres de l’Anglais David Spero, de l’Allemand Christof Klute et des Suisses Angèle Laissue et Cyril Porchet entrent en écho les unes avec les autres dans leurs quatre démarches différentes de photographier des expressions de la foi. A voir au Musée international de la Réforme (MIR) jusqu’au 25 octobre 2015.

Capucine priantLe photographe genevois Patrick Gilliéron Lopreno présente 78 photos de monastères fribourgeois et valaisans, dans un ouvrage publié à la fin du mois d’août. Entre moments de prières et recueillement, les clichés en noir et blanc laissent apparaître le quotidien des moines et des capucines.

Photos: © Patrick Gilliéron Lopreno
Par Laurence Villoz

«Cet ouvrage est la suite de mon travail et de ma réflexion autour de l’enfermement», explique le photographe Patrick Gilliéron Lopreno qui ajoute apprécier les endroits clos et délimités. Son premier livre «Monastères», publié à la fin du mois d’août, propose 78 photos de la vie quotidienne des moines et des capucines de quatre monastères en Suisse romande. En 2010, l’artiste avait commencé un travail sur la thématique de l’enfermement dans les prisons de Champ-Dollon (GE), Bochuz (VD) et la Brenaz (GE). Marqué par cette expérience, le photographe s’est intéressé par la suite à la vie monacale «pour se rapprocher de ceux qui, à l’inverse [des prisonniers], ont choisi volontairement de se retirer du monde». Entre la prise de contact avec les différentes communautés jusqu’à la parution du livre, il aura fallu près de trois ans à l’artiste pour permettre au public d’entrer dans ces lieux méconnus.

Hindus in Bern beim Wagenfest TänzerinnenUne exposition de photos présente l’intimité des célébrations de douze communautés religieuses en Suisse, du 13 au 28 mars au Péristyle de l’Hôtel de ville de Neuchâtel. Des femmes en costumes colorés dansent en l’honneur de Shiva alors que des sikhs lisent le livre sacré pendant 48 heures.

Photo: Des Hindous à la fête des Chariots à Berne © Jens Oldenburg

Par Laurence Villoz

«Nous avons eu l’impression de nous plonger au fin fond du Sri-Lanka ou de voyager parmi les temples bouddhistes de Thaïlande», se rappelle Kathrin Ueltschi, co-réalisatrice du projet Cérémonies à découvrir. Cette journaliste, spécialiste des émissions religieuses à la Schweizer Radio und Fernsehen (SRF), l’équivalent suisse alémanique de la RTS, et le photographe, Jens Oldenburg, «ont souhaité donner un aperçu des différentes communautés présentes en Suisse et de leurs cérémonies».

© 2019 Protestinfo