×

Message

Failed loading XML...

Colloque sur Madame GuyonMystique française du XVIIe siècle, emprisonnée pour ses écrits, Madame Guyon a développé une spiritualité d’une extrême singularité pour l’époque. A l’occasion du tricentenaire de sa mort, l’Institut romand de systématique et d’éthique organise un colloque international du 23 au 25 novembre, à l’Université de Genève.

Par Laurence Villoz

Jeanne-Marie Bouvier de la Motte (1648-1717), mieux connue sous le nom de Madame Guyon, a fait preuve d’une indépendance intellectuelle inouïe revendiquant une liberté d’expression dans sa vie religieuse et sociale. Auteure de plusieurs ouvrages, cette mystique française catholique et laïque sous le règne du Roi soleil a développé une théorie spirituelle qui lui a valu sept années d’emprisonnement à la Bastille. A l’occasion du tricentenaire de sa mort, l’Institut romand de systématique et d’éthique (IRSE) propose un colloque sur sa vie et son œuvre, du 23 au 25 novembre à l’Université de Genève. Rencontre avec Ghislain Waterlot, professeur de philosophie de la religion et d’éthique, et Mariel Mazzocco, collaboratrice scientifique, tous deux à l’origine de cet événement.

Synode fribourgeoisLe synode fribourgeois a accepté à l’unanimité l’introduction d’une catéchèse œcuménique à l’école enfantine, mardi 1er mars. Si l’Eglise catholique donne également son aval, cet enseignement devrait être mis en place dans toutes les classes du canton, d’ici cinq ans.

Par Laurence Villoz

«Nous sommes unanimes pour dire que notre tradition chrétienne doit être transmise à nos enfants», lâche la conseillère synodale Franziska Grau Salvisberg, lors du synode de l’Eglise évangélique réformée du canton de Fribourg (EERF) qui s’est déroulé à Posieux, mardi 1er mars. Si les délégués ont rapidement accepté le projet d’introduire une catéchèse œcuménique dans les classes enfantines du canton, ils ont longuement débattu sur les propositions concernant la liberté d’action des paroisses, le côté œcuménique ainsi que la forme de cet enseignement.

mercredi, 27 janvier 2016 08:00

Brèves

Célébration œcuménique à la Cathédrale
La tradition a-t-elle un avenir?
«Le salafisme d’aujourd’hui»
Nouvelle législature pour l’EERF

Prière à Taizé http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Taiz%C3%A9_prayer.JPG#/media/File:Taiz%C3%A9_prayer.JPGChaque semaine, Protestinfo donne carte blanche à une personnalité réformée.

Journaliste et pasteur, le directeur de Médias-pro – le département protestant des médias – Michel Kocher s’interroge sur le succès et la pérennité de Taizé. 

Photo: Prière à Taizé CC(by-sa) Damir Jelic

Au moment de l’annonce du décès tragique de Frère Roger, personne ne savait vraiment, au sein de la rédaction de l’information à la Radio Télévision Suisse, qui était ce pasteur d’origine protestante, devenu prieur d’une communauté œcuménique. L’émotion suscitée par sa mort, autant que l’impact médiatique qui s’en suivit, a fait de ce nom une référence dans le monde largement sécularisé du journalisme d’information. Taizé, qui jouissait déjà d’une large renommée dans une multitude de cercles chrétiens, a trouvé un nouvel espace de notoriété. À juste titre. C’est l’un des lieux où l’œcuménisme se traduit de façon concrète, crédible et rassembleuse. C’est surtout le troisième de ces qualificatifs qui est le plus rare dans cette tierce gagnante. Nombre d’aumôneries font un travail œcuménique concret et crédible. Mais il n’est plus guère rassembleur, au-delà de cercles d’initiés ou de personnes déjà convaincues. Or Taizé continue d’être une destination où des jeunes, et d’autres se rassemblent en masse, toutes confessions confondues.

La Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen de 1789Réunis les 1er et 2 octobre, les membres de la Communauté de travail des Eglises chrétiennes Allemande chercheront des solutions pour améliorer le respect de la liberté de religion et de croyance.

Photo: La Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen de 1789

Francfort-sur-le-Main/Magdebourg (epd - ProtestInter) La Communauté de travail des Églises chrétiennes d’Allemagne souhaite s’engager plus activement en faveur de la liberté de religion. Lors de l’Assemblée des membres qui se déroule les 1er et 2 octobre à Magdebourg, les 45 délégués doivent discuter des atteintes portées à la liberté de religion, a indiqué le secrétariat de la Communauté de travail.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2017 Protestinfo