×

Message

Failed loading XML...

Le sermon sur la montagne, durant lequel Jésus à transmis le «Notre Père», Carl Bloch, huile sur cuivre, 1977, via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bloch-SermonOnTheMount.jpgProtestinfo laisse régulièrement carte blanche à des personnalités réformées.

Blaise Menu, modérateur de la Compagnie des pasteurs et des diacres de l’Eglise protestante de Genève revient sur la modification de la traduction liturgique du Notre Père.

Illustration: Le sermon sur la montagne, durant lequel Jésus à transmis le «Notre Père», Carl Bloch, huile sur cuivre, 1977

Cette fois, c’est confirmé: les catholiques romains prieront autrement le «Notre Père» dès l’Avent 2017. Plusieurs fois repoussée, la décision récente de l’épiscopat français d’adopter la nouvelle traduction liturgique attire sans surprise celle des évêques suisses. Que feront dès lors les protestants romands? Invoqueront-ils la version œcuménique standard qui prévoit toujours que Dieu ne nous «soumette point à la tentation?» On se réjouit déjà des palabres pour la Semaine de l’unité... Ou préféreront-ils prier qu’il ne nous «laisse pas entrer en tentation»? On n’a pas manqué de gloser sur ce changement, mais le jeu des atermoiements en vaut-il encore la chandelle?

statue prière CC(by-nd)Thomas via https://flic.kr/p/hwsiQKUne modification de la traduction de la principale prière du christianisme a été prise –pour la formule prononcée par l'assemblée– unilatéralement par les catholiques romains. Les réformés feront savoir qu’ils n’ont pas apprécié cette manière de faire. La discussion est ouverte quant à savoir s’ils adopteront ce changement.

Photo: CC(by-nd) Thomas

Par Joël Burri

«Une décision prise de manière unilatérale dont nous avons été informés par les médias», c’est ainsi que Xavier Paillard, président du Bureau exécutif de la Conférence des Eglises réformées romandes (CER) a qualifié la décision des catholiques romains, de modifier le texte français du Notre Père.

Mains en prièreDepuis le premier dimanche de l’Avent, la nouvelle traduction liturgique de la Bible, qui propose une traduction différente de la prière du Notre Père, est utilisée dans l’Eglise catholique. Alors que cette traduction révisée ne touche pas la version orale de la prière, le nouveau missel romain, attendu pour le printemps 2017, concerne directement la version du Notre Père prononcé par les fidèles.

Par Laurence Villoz

Le texte de la prière du Notre Père en français est, actuellement, le même pour les protestants, les catholiques et la majorité des chrétiens grâce à la décision de l’Eglise catholique romaine et du Conseil œcuménique des Eglises d’adopter une traduction commune, en 1966. Depuis la fin du mois de novembre, l’Eglise catholique utilise la nouvelle traduction liturgique de la Bible qui propose des modifications dans la dernière demande du Notre Père. Alors que le texte de 1966 dit: «Et ne nous soumets pas à la tentation», la nouvelle version affiche: «Et ne nous laisse pas entrer en tentation». 

Apprentissage par cœur, Détail d’une photo de CC(by) FNF Michael Beat https://flic.kr/p/2b3XppA la demande d’une publication de l’Eglise protestante allemande, un institut de sondage a cherché à savoir quels sont les textes que les Allemands connaissent par cœur. Il en ressort que le cantique «Toi mon âme, loue le Seigneur» est davantage connu que «l’Internationale», tout comme le premier des Dix Commandements plus connu que le 1er article de la Constitution.

Photo: Détail d’une image CC(by) FNF Michael Beat 

(EPD/Protestinter) En Allemagne, il y a plus de personnes qui connaissent par cœur le «Notre Père» que de personnes qui connaissent l’hymne national. C’est ce qui ressort d’une enquête représentative du magazine protestant «Chrismon» dans une édition spéciale sortie à l’occasion de la fête de la Réformation du 31 octobre.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Une paroisse catholique de Zagreb en Croatie a ouvert le premier café de prières au monde pour les jeunes, où nourriture et boissons peuvent être réglées en récitant des prières. Les prix au Café Jedno vont de trois "Notre Père" pour un café classique à cinq "Je vous salue Marie" et un "Gloire au Père" pour un Coca-Cola, tandis qu'un cappuccino coûte un prix moyen de quatre "Notre Père". Parmi les autres jos_content payables par prières, on peut obtenir des boissons fruitées, des thés, du chocolat chaud et toute une gamme de gâteaux. "Au début, c'était un peu une plaisanterie: beaucoup de jeunes avaient l'habitude d'aller dans les cafés du coin après la messe et nous voulions les persuader de rester plutôt à l'église" a expliqué le père Damir Stojic, aumônier pour jeunes de l'ordre croate des salésiens. "Lorsque nous offrions tout gratuitement, les jeunes venaient me voir et me demandaient : Mon père, comment allons-nous payer ? Je répondais : "Ne vous inquiétez pas, dites simplement une prière". Les parents ont été invités à faire des dons en nature pour permettre d’offrir nourriture et boissons. "Les Actes des Apôtres [dans la Bible] nous indiquent que les disciples se réunissaient pour les agapes, un repas pris en commun après l'Eucharistie", a expliqué le père Stojic. Néanmoins, l'alcool est prohibé, a affirmé Josip Kosutic, un des étudiants qui s'occupe du café. "Bien sûr, certains étudiants préfèrent encore les autres cafés. Mais ceux qui viennent ici profitent d'un espace confortable où ils peuvent se sentir chez eux sans se soucier de la note", a déclaré le prêtre, responsable du lieu. "Mais ne vous méprenez pas. Les tarifs de prière sont purement symboliques ,personne n'est forcé de les respecter."

© 2017 Protestinfo