×

Message

Failed loading XML...

Une prière avec imposition des mains a été dite pour les nouveaux consacrés. ©EREN/Rouge de Mars/Francois NogueraDeux pasteures et deux diacres ont rejoint le corps ministériel de l’Église réformée évangélique de Neuchâtel. Ils ont été accueillis dimanche en fin d’après-midi à Saint-Aubin.

Photo: Une prière avec imposition des mains a été dite pour les nouveaux consacrés. ©EREN/Rouge de Mars/Francois Noguera

Par Joël Burri

L’Église réformée évangélique neuchâteloise (EREN) accueille quatre nouveaux ministres. Dans un temple de Saint-Aubin bondé, deux diacres et une pasteure ont été consacrés, dimanche 14 janvier en fin d’après-midi. Par ailleurs une pasteure déjà consacrée au sein d’une Église sœur a été accueillie au sein du corps ministériel de l’EREN. Ces trois consécrations et cette agrégation permettront de compenser des départs à la retraite. Le nombre de ministres actifs reste donc stable.

Affiche de l'exposition «Les fous de Dieu» au CDN. DRIntitulée «Les fous de Dieu», la nouvelle exposition du Centre Dürrenmatt Neuchâtel propose un éclairage sur le rapport que Friedrich Dürrenmatt, fils de pasteur, a entretenu avec la foi tout au long de sa vie. A découvrir jusqu’au 14 janvier prochain, cette exposition s’inscrit dans le cadre du Jubilé des 500 ans de la Réforme.

Image: affiche de l'exposition. 

Par Nicolas Bringolf

L’exposition «Les fous de Dieu» s’articule autour de la pièce de Dürrenmatt «Il est écrit» — «Es steht geschrieben». Elle met en lumière l’une des pages les plus marquantes du protestantisme: la révolte de Münster. Lié à un groupe d’anabaptistes extrémistes qui a cherché à établir le royaume de Dieu sur terre, cet épisode historique de l’Allemagne du XVIe siècle a inspiré Friedrich Dürrenmatt par son fort potentiel dramaturgique.

Le bâtiment principal du Camp à VaumarcusAprès deux ans de travaux, le bâtiment central du Camp à Vaumarcus rouvre ses portes au public, le samedi 30 septembre. Créé en 1920, le site accueille plus de 15'000 personnes par année.

Photo: Le bâtiment principal du Camp à Vaumarcus

Par Laurence Villoz

Un chauffage central à pellets, l’adjonction d’un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite, une nouvelle cuisine et la création d’une grande terrasse devant la bâtisse. Voici les principales transformations apportées au bâtiment central du Camp à Vaumarcus qui sera inauguré samedi 30 septembre, lors d’une journée portes ouvertes. La rénovation a nécessité deux ans de travaux, après trois années d’études, pour un montant total de cinq millions de francs.

Le château de Neuchâtel https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ch%C3%A2teau_de_Neuch%C3%A2tel_en_automne.jpgUn organe de l’Eglise mennonite Les Bulles à La-Chaux-de-Fonds prend position contre la reconnaissance des communautés évangéliques par l’Etat de Neuchâtel. Principalement par crainte de perdre sa liberté religieuse.

Photo: La château de Neuchâtel CC (by) Martouf

Par Laurence Villoz

«Les prérogatives octroyées aux communautés reconnues ne suffisent pas à expliquer toute l’énergie déployée par les milieux évangéliques pour obtenir cette reconnaissance de la part des autorités», écrit Thomas Gyger, pasteur mennonite dans une prise de position publiée le 16 août et présentée par le site lafree.ch. La pastorale de l’Eglise mennonite Les Bulles, à La-Chaux-de-Fonds, signataire de ce texte met en avant quatre principaux arguments défavorables à la reconnaissance des communautés évangéliques par le canton de Neuchâtel.

cafe scientifique unine reconnaissance DRL’Université organisait mercredi un café scientifique autour du projet de loi sur la reconnaissance. Durant la discussion, une chercheuse en droit et des représentants de différentes minorités religieuses ont tous soutenu ce texte.

Par Joël Burri

«C’est un joli projet de loi», déclare Stefanie Kurt, post-doctorante en droit à l’Université de Neuchâtel, à propos de la proposition de Loi sur la reconnaissance des communautés religieuses qui devrait être débattue au grand conseil cet automne. La juriste qui participait mercredi à une table ronde consacrée à ce projet, travaille pour le Pôle de recherche national «On the move», qui regroupe plusieurs recherches sur des thèmes liés à la migration. Et si la juriste se dit satisfaite par ce texte, c’est parce qu’une seule loi règle à la fois les conditions de reconnaissance et leurs avantages. Une clarté absente des équivalents dans d’autres cantons, où la Loi sur la reconnaissance traite généralement des conditions, mais où les avantages sont à chercher dans d’autres textes légaux.

© 2018 Protestinfo