×

Message

Failed loading XML...

Une partie des représentants des associations lançant l’appel sur le canton de Vaud lors de la conférence de presse. ©Caroline AmbergerLes organisations actives auprès des réfugiés ont présenté des situations dans lesquelles des renvois administratifs ont été prononcés de manière inhumaine. Elles soutiennent en terre vaudoise le texte lancé à Genève qui demande aux autorités cantonales et fédérales davantage de respect pour les droits de l’homme et les droits de l’enfant lors des décisions administratives de renvoi.

Photo: Une partie des représentants des associations lançant l’appel sur le canton de Vaud lors de la conférence de presse. ©Caroline Amberger

Par Joël Burri

Les accords de Dublin prévoient que la demande d’asile est traitée par le premier état signataire dans lequel le requérant a séjourné. En clair, un requérant déposant une demande en Suisse peut-être renvoyé vers l’Italie s’il apparaît qu’il a traversé ce pays pour arriver en terre helvétique. Les autorités ont toutefois la possibilité de renoncer à cette expulsion purement administrative pour des raisons humanitaires ou de compassion. Mais à en croire les associations actives dans l’aide au requérant, la Suisse pratiquerait de tels renvois de manière «brutale» et «systématique».

Un baptistère CC(by-sa) Stanze via https://flic.kr/p/p58eHtAprès une agression mortelle commise par un converti, un évêque réclame des contrôles approfondis. La conversion peut-être utilisée pour éviter une expulsion vers des pays où les apostats risquent des représailles.

Photo: Un baptistère CC(by-sa) Stanze 

Hanovre/Karlruhe (EPD/Protestinter). Une agression mortelle commise par un converti afghan a déclenché un débat sur les baptêmes de demandeurs d’asile. Mercredi, Ralf Meister, évêque régional hanovrien, a appelé l’Eglise à un contrôle approfondi des réfugiés désireux de se convertir à la religion chrétienne. L’Association des fonctionnaires de la police judiciaire allemande a exprimé un scepticisme de principe envers les baptêmes de réfugiés musulmans. Jürgen Blechinger, spécialiste ecclésiastique de la question des réfugiés, a balayé la critique selon laquelle les demandeurs d’asile seraient baptisés de façon trop précipitée en Allemagne.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Lancement de la campagne «Annoncez la couleur», le 8 mai à Berne ©EPERLa campagne nationale «Annoncer la couleur», lancée par l’Entraide protestante suisse, valorise les actions citoyennes de solidarité. Elle encourage chacun à affirmer les valeurs d’accueil de la Suisse. Interview de Magaly Hanselmann, secrétaire romande de l’EPER.

Photo: Lancement de la campagne «Annoncez la couleur», à Berne ©EPER

Propos recueillis par Marie Destraz, «Réformés»

Du mois de mai au mois de juin, l’Entraide protestante suisse (EPER) lance la campagne «Annoncer la couleur». Quel en est l’objectif?

La population suisse a pris conscience de la détresse humaine des réfugiés qui arrivent sur notre territoire au péril de leur vie. De nombreux mouvements citoyens ont émergé. La campagne veut les valoriser. L’EPER offre une plateforme internet pour que particuliers et ONG présentent leurs activités auprès des réfugiés. Pour sa première édition en 2016, 124 partenaires ont répondu à l’appel. Associations de la société civile, organisations, communautés paroissiales, partis et entreprises, tous sont devenus des ambassadeurs d’«Annoncer la couleur». Et en signe de solidarité envers les réfugiés et de volonté de s’engager pour une Suisse humaine, nous invitons chacun à porter un bracelet arborant le slogan de la campagne. L’an passé, on nous en a commandé 45’000 en Suisse. Cette année, nous allons plus loin en proposant un speed dating aux différents acteurs, pour favoriser la rencontre entre les actions citoyennes, les personnes qui souhaitent s’engager et les personnes réfugiées.

8 mai 2017: arrivée de familles syriennes à Lampedusa ©Forum Lampedusa solidaleLes employés de «Mediterranean Hope», une œuvre des protestants italiens basée à Lampedusa, témoignent. Depuis l’accord entre l’UE et la Turquie, la Libye devient le seul point d’accès à l’Europe.

Photo: 8 mai 2017: arrivée de familles syriennes à Lampedusa ©Forum Lampedusa solidale

Lampedusa (NEV/Protestinter) — 6500 migrants ont été secourus par des missions de sauvetage en Méditerranée coordonnées par la Garde côtière italienne cette année. Depuis janvier, plus de 43’000 personnes seraient arrivées en Italie par la mer, alors que, selon Flavio Di Giacomo, le porte-parole en Italie du Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés, en 2017 plus de 1150 personnes seraient portées disparues dans une tentative d’atteindre l’Europe. La Fédération des Eglises protestantes en Italie (FCEI) a lancé en 2014 à Lampedusa «Mediterranean Hope», un observatoire de la migration en Méditerranée, quelques mois après le naufrage du 3 octobre 2013, qui a coûté la vie de 368 migrants au large de l’île.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

dessin de Francesco Piobbichi, collaborateur de Mediterranean Hope

Permettre aux personnes les plus vulnérables d’atteindre l’Europe en vol de ligne plutôt que d’alimenter le marché des passeurs, tel est le projet des Eglises italiennes qui commence à essaimer en Europe. Difficile toutefois de le reprendre tel quel en Suisse.

Dessin tiré de la série «Disegni dalla frontiera» ©Francesco Piobbichi/Mediterranean hope

Par Joël Burri

Le modèle a fait ses preuves en Italie. La France vient de le mettre en place et la Belgique s’y intéresse. Plutôt que de laisser les Syriens tenter d’atteindre l’Europe en ayant recours à des passeurs, les Eglises protestantes italiennes, en collaboration avec la communauté Sant'Egidio se sont engagées à prendre en charge des migrants parmi les plus vulnérables. L’ambassade de Beyrouth leur accorde un visa humanitaire, et ils peuvent arriver par vol de ligne sur la péninsule où ils font leur demande d’asile. Avantage, ils évitent ainsi de risquer leur vie en mer et d’alimenter le marché sans foi ni loi des passeurs qui engrangerait 15 milliards de francs par année. Avantage pour le pays d’accueil, les candidats à l’asile les plus vulnérables font l’objet d’une première sélection sur place.

© 2017 Protestinfo