×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Désormais, les membres de l’Église protestante de Genève pourront également être affiliés à une autre Église. Réunis en Consistoire les 20 et 21 septembre, les délégués ont modifié le statut des membres de façon plus inclusive.

Par Laurence Villoz

«Ce résultat est le fruit d’un travail qui a commencé il y a bien longtemps, il permet désormais de faire Église un peu autrement», relève Blaise Menu, modérateur de la Compagnie des pasteurs et de diacres de l’Église protestante de Genève (EPG). Lors du Consistoire qui s’est déroulé les 20 et 21 septembre, au temple de Malagnou, les délégués ont modifié le statut des membres de l’EPG, des changements acceptés à l’unanimité. Ils ont notamment supprimé l’alinéa qui stipulait que pour faire partie de l’EPG, il fallait «ne pas avoir manifesté son appartenance à une autre Église ou communauté religieuse».

Prix du DialogueMardi à Berne, deux membres du comité de la Plateforme interreligieuse de Genève ont reçu le Prix du dialogue interreligieux

Par Joël Burri

Un parcours dans le musée d’ethnographie de Genève à la découverte des objets du sacré, la publication en plusieurs langues de «neuf propositions pour vivre ensemble et se respecter dans la diversité religieuse», l’organisation de rallye interreligieux et une collaboration avec un module de formation de la Haute école de travail social de Genève pour aborder les questions de spiritualité avec les futurs professionnels de l’action sociale: depuis 25 ans, la Plateforme interreligieuse de Genève s’engage en faveur du dialogue interreligieux. Deux membres de son comité ont reçu mardi 29 mai à Berne en présence d’Alain Berset, président de la confédération, le Prix du dialogue des Juives et des Juifs de Suisse.

peace builder CC(0) via https://pixabay.com/fr/la-paix-peacebuild-2288958/Les 193 états membres de l’ONU ont instauré une «Journée internationale du vivre ensemble en paix», en décembre dernier. Elle sera célébrée ce 16 mai pour la première fois. Différents événements se déroulent en Suisse romande à cette occasion.

Par Laurence Villoz

«C’est un signal très fort, qui montre qu’il y a un désir de paix partout dans le monde», s’enthousiasme Catherine Touaibi, porte-parole de l’Association internationale soufie Alâwiyya (AISA) Suisse. Pour la première fois, la «Journée internationale du vivre ensemble en paix» sera célébrée le 16 mai. Sur une idée du Cheih Khaled Bentounes, président d’honneur d’AISA ONG Internationale, la résolution a été adoptée à l’unanimité par les 193 états membres de l’ONU en décembre dernier.

Shafin et Hadiya. Contesté par le père de la mariée, leur mariage a été annulé puis réhabilité par la justice. DR/Shafin Jahan/FacebookLes couples de religions et castes différentes n’ont jamais eu la vie facile en Inde, mais depuis que le parti Bharatiya Janata est arrivé au pouvoir en 2014, les violences se sont faites de plus en plus nombreuses

Photo: Shafin et Hadiya. Contesté par le père de la mariée, leur mariage a été annulé puis réhabilité par la justice. DR/

Par Bhavya Dore, RNS/Protestinter, Mumbai, Inde

Quand un homme musulman et sa femme qui a grandi dans l’hindouisme sont tombés amoureux après une rencontre en ligne, ils se doutaient bien qu’il y aurait des ennuis avec leurs familles. Ils étaient loin de se douter que cela irait jusqu’à un kidnapping. Craignant pour leur vie, ils ne souhaitent pas que leurs noms apparaissent.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Jurgen LottSpécialiste en pédagogie de la religion à l’Université de Brême, le professeur Jürgen Lott s’intéresse au rapport que les jeunes entretiennent avec la religion. Interview.

Photo: Jürgen Lott DR

Par Holger Wetjen

Dans un lycée de Brême, deux garçons de treize ans discutent de religions et de prières pendant la récréation. Ils découvrent qu’ils ont la même façon de parler avec Dieu. C’est plus tard seulement qu’ils apprennent que l’un vient d’une famille musulmane, l’autre d’une famille protestante. Leur dialogue n’est pas «interreligieux» puisque celui-ci aurait pour condition que les élèves aient conscience de leur appartenance différente. C’est un dialogue religieux interpersonnel. Jürgen Lott, professeur émérite en pédagogie de la religion à l’Université de Brême pose un regard d’expert sur ce genre de phénomènes.

© 2018 Protestinfo