×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Le nombre de violences perpétrées à l’encontre des chrétiens en Chine et en Inde est en nette augmentation, selon l’Index mondial des persécutions 2019. Une érosion de la liberté religieuse directement liée aux régimes politiques en place dans ces pays.

Par Marie Destraz

Un chrétien sur neuf est victime de discrimination et de persécution dans le monde et un sur trois en Asie, selon l’Index mondial des persécutions 2019, publié par l’organisation chrétienne Portes Ouvertes le 16 janvier. «La liberté religieuse est en danger, et pas seulement pour les chrétiens. J’en appelle à la communauté internationale. La situation des minorités religieuses est trop souvent ignorée. Les intérêts économiques prennent le dessus, au détriment de la défense des droits humains», s’inquiète Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes. «La recrudescence des persécutions chrétiennes en Chine et en Inde est telle qu’elle influence l’ensemble de notre évaluation et grossit le nombre global de violences», explique Philippe Fonjallaz. La Chine passe de la 43e à la 27e place du classement, tandis que l’Inde fait son apparition dans le top 10, à la dixième place.

La dépénalisation de l’homosexualité, en Inde, offre un espoir aux personnes LBGTQ d’être acceptée dans les milieux religieux.

Par Priyadarshini Sen, New Dehli, RNS/Protestinfo

Il y a neuf ans, une décision de la Haute Cour de Delhi avait dépénalisé le sexe entre adultes consentants de même genre. Sukhdeep Singh, âgé de 30 ans aujourd'hui, ingénieur en informatique à Kolkata, avait fait son 'coming-out' comme sikh gay. «Ce verdict m'avait permis de revendiquer mon identité sexuelle», raconte-t-il. «Je pouvais enfin affirmer que j'étais sikh et homosexuel dans la même phrase.»


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Le Taj Mahal https://flic.kr/p/kz14aHDes nationalistes hindous ont détérioré le Taj Mahal à Agra, in Inde, en protestation contre les musulmans. Ces derniers sont la cible de multiples violences.

Photo: CC (by-nc-nd) Daniel Mennerich

Par VishaI Arora, New Dehli, RNS/Protestinter

Les groupes nationalistes hindous commettent des attaques violentes contre les musulmans et leurs biens depuis des décennies, en Inde. Aujourd'hui, un groupe d'hindous nationalistes vise le Taj Mahal, le monument connu partout dans le monde, érigé par un empereur musulman au XVIIe siècle.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Shafin et Hadiya. Contesté par le père de la mariée, leur mariage a été annulé puis réhabilité par la justice. DR/Shafin Jahan/FacebookLes couples de religions et castes différentes n’ont jamais eu la vie facile en Inde, mais depuis que le parti Bharatiya Janata est arrivé au pouvoir en 2014, les violences se sont faites de plus en plus nombreuses

Photo: Shafin et Hadiya. Contesté par le père de la mariée, leur mariage a été annulé puis réhabilité par la justice. DR/

Par Bhavya Dore, RNS/Protestinter, Mumbai, Inde

Quand un homme musulman et sa femme qui a grandi dans l’hindouisme sont tombés amoureux après une rencontre en ligne, ils se doutaient bien qu’il y aurait des ennuis avec leurs familles. Ils étaient loin de se douter que cela irait jusqu’à un kidnapping. Craignant pour leur vie, ils ne souhaitent pas que leurs noms apparaissent.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Le drapeau des lingayats durant une manifestation. Photo via @Lingayatas/TwitterUn état de l’Inde reconnaît un statut de religion à un groupe jusqu’alors rattaché à l’hindouisme. Ce mouvement théiste revendique ce statut de longue date et espère étendre cette reconnaissance à l’entier du pays.

Photo: Le drapeau des lingayats durant une manifestation. Via @Lingayatas/Twitter

Par Bhavya Dore, Mumbai, RNS/Protestinter

Durant des décennies, les adeptes du lingayatisme, une tradition ancienne de 800 ans qui ressemble un peu à l’hindouisme, ont réclamé au gouvernement indien d’être reconnus comme une religion séparée de la foi dominante sur le sous-continent. La semaine passée, le Parti du Congrès qui gouverne l’État du Karnataka — où les lingayats sont les plus concentrés — leur a accordé le statut de religion minoritaire.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2019 Protestinfo