×

Message

Failed loading XML...

pièces d'euro CC(0) via https://www.pexels.com/photo/close-up-of-coins-on-table-332304/Faire des dons n’est pas le seul moyen d’aider les pays à faible revenu. Des fonds spécialisés proposent de soutenir des prêts permettant le développement de micros et petites entreprises dans ces pays, permettant à autant de familles de sortir de la misère.

Par Joël Burri

«La microfinance reste perçue par le banquier lambda comme un placement risqué», reconnaît Jacques Grivel. Pourtant, début février, à l’occasion d’une conférence proposée au personnel de l’entreprise Debiopharm, à Lausanne, il a présenté une réalité bien différente. Fondateur de la société Fundo Asset Manager, spécialisée dans le conseil et la gestion de risque pour les investisseurs institutionnels, il propose un fonds appelé «Finethic Microfinance». En 15 ans, les résultats mensuels de ce produit n’ont été en recul que trois fois.

temple saint laurent lausanne CC(by) Guilhem Vellut via https://flic.kr/p/Y2zbu8Musique, chorale, repas communautaire: des petits plus qui font de l’expérience ecclésiale menée au centre-ville de Lausanne, un lieu différent. Pourtant après quelques années d’existence, le Conseil synodal demande que le lieu autofinance ces à-côtés.

Par Joël Burri

Photo: CC(by) Guilhem Vellut 

Tout a un prix. Les fidèles de Saint-Laurent Église (SLE) ont en effet été invité à s’engager à financer régulièrement la communauté qui se retrouve tous les dimanches au centre de Lausanne afin d’assurer sa pérennité. Un pari, sur le point d’être gagné puisque dans la dernière newsletter du lieu, on peut lire: «Notre trésorier a bon espoir parce que notre projet d’autofinancement donne des signes très encourageants!»

La chapelle Regina Mundi à FribourgDe plus en plus de temples, d’églises et de monastères se retrouvent inutilisés. Mais la réaffectation de ces édifices, fortement investis émotionnellement, génère de multiples difficultés. Dans le cadre de la Journée suisse du patrimoine religieux, le 25 août, un colloque à l’Université de Berne propose de décortiquer les différentes possibilités.

Photo: La chapelle Regina Mundi à Fribourg © Dirk Weiss

Par Laurence Villoz

«La réaffectation d’un bâtiment religieux résulte toujours de difficultés financières, liées essentiellement à la diminution de nombre de personnes engagées dans les Eglises et à la fusion des paroisses», explique Johannes Stückelberger, organisateur d’un colloque sur la reconversion des bâtiments religieux. «A ce jour, plus de 200 temples, monastères et chapelles chrétiens ont été réaffectés en Suisse», ajoute l’historien de l’art, maître d’enseignement à la Faculté de théologie de l’Université de Berne. Et alors qu’il n’existe pas de procédures spécifiques pour donner une seconde vie à ces édifices délaissés, la réaffectation des lieux de culte est un long processus, fortement investi émotionnellement et impliquant plusieurs acteurs.

mercredi, 16 août 2017 08:00

Brèves

6000 personnes bénies par un robot
«Lucky» primé par le jury œcuménique 
Le maire de Genève actionne la presse de Gutenberg
Détournements de fonds dans des communautés religieuses américaines

Le synode de l'EREV à MontheyRassemblés le samedi 6 mai à Monthey, les délégués du synode de l’Eglise réformée évangélique du Valais ont accepté d’augmenter la contribution des paroisses pour 2018. Un processus qui devrait permettre de couvrir le «déficit structurel».

Photo: Les délégués à Monthey

Par Laurence Villoz

«Les contributions des paroisses représentent aujourd’hui 37% des recettes du budget d’exploitation, soit environ 220'000 francs en 2016. C’est beaucoup, mais ce n’est pas suffisant», lâche Jean-Luc Borel, conseiller synodal et trésorier de l’Eglise réformée évangélique du canton du Valais (EREV). Réuni le samedi 6 mai à Monthey, le synode (l’organe délibérant) a accepté à une large majorité d’augmenter la contribution des paroisses pour 2018 à hauteur de 290'000 francs, soit 10'000 de francs de plus qu’en 2017.

© 2018 Protestinfo