×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

A l’entrée de l’exposition, Nora Vest joue avec la frontière entre terre et ciel. Ce visuel est installé au sol. Exemple réussi de reconversion d’un bâtiment religieux en un lieu culturel, la Nef, au Noirmont (JU), accueille dès dimanche «Zwischen-Grenzen/Entre-Frontières». Une exposition à la foi politique et spirituelle. 

Image: A l’entrée de l’exposition, Nora Vest joue avec la frontière entre terre et ciel. Ce visuel est installé au sol. 

Par Esther R. Suter

La petite église gothique du Noirmont (JU) sert depuis la construction d’une nouvelle église dans le village en 2008, de lieu de culture, d’art, de concerts. L’association LaNef, qui compte plus de 100 membres, gère le lieu et présente du 24 septembre au 15 novembre une nouvelle exposition intitulée «Zwischen-Grenzen/Entre-Frontières»

mercredi, 23 août 2017 08:00

Brèves

Choisissez un nom de femme
Nouvelles publications de l’OPEC
Intégrer les migrants sur le marché du travail suisse

CMER femmes lors d'une célébration ©Anna Siggelkow/CMERAprès avoir accepté l’ordination des femmes en début de semaine, les délégués ont approuvé qu’au moins la moitié du personnel exécutif de la Communion mondiale d’Eglises réformées soit féminin, jeudi 6 juillet, à Leipzig.

Photo: ©Anna Siggelkow/CMER

Par Laurence Villoz

La question de la justice de genre a été au centre des préoccupations de l’Assemblée générale de la Communion mondiale d’Eglises réformées (CMER). Les délégués ont soutenu plusieurs propositions en faveur de l’égalité entre femmes et hommes. Lors d’une séance de décision, jeudi 6 juillet à Leipzig, l’assemblée a décidé «que le comité exécutif de la CMER soit composé d’au moins 50% de femmes» et «que lors de la recherche du personnel exécutif, on veillerait énergiquement à l’égalité entre les genres dans le but précis d’avoir au moins 50% de femmes». Actuellement, le comité exécutif rassemble 20 hommes et 12 femmes. Quant au personnel exécutif, il est composé de 66% d’hommes (2 hommes et 1 femme).


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

CMER femmesLa «Déclaration de foi à propos de l’ordination des femmes» a été acceptée par la Communion mondiale d’Eglises réformées, lors de l’Assemblée générale, lundi 3 juillet, à Leipzig. Certaines délégations ont toutefois manifesté leur réticence.

Photo: ©Anna Siggelkow/CMER

Par Laurence Villoz, Leipzig

«Nous sommes arrivés à un certain consensus», s’est exclamé Jerry Pillay, le président de la Communion mondiale d’Eglises réformées (CMER). Lors de la session de décision sur la justice de genre, lundi 3 juillet, dans le cadre de l’Assemblée générale à Leipzig, les délégués ont accepté la «Déclaration de foi à propos de l’ordination des femmes». En amont, un important travail de discussion par groupe a été réalisé. «Les propositions sur l’ordination des femmes ainsi que sur la création d’une politique de genre et de son application ont reçu un appui très fort auprès des délégués», a rapporté Lisa Vander Wal, membre du comité exécutif de la CMER qui a présenté les principales réactions des groupes de discussion.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

La théologienne mexicaine Elsa Tamez devant l'Assemblée générale de la CMER ©Anna Siggelkow/CMER/WCRCAlors que les Eglises déplorent les injustices envers les femmes, certaines d’entre elles perpétuent une inégalité de genre en refusant l’ordination féminine.

Photo: La théologienne mexicaine Elsa Tamez devant l'Assemblée générale de la CMER © Anna Siggelkow/CMER/WCRC

Par Laurence Villoz, Leipzig

«La violence sexiste est un des plus grands défis de ce monde», a insisté la pasteure Dorcas Cordon, principale du Collège John Knox à Toronto au Canada, lors de la session sur la justice de genre à l’Assemblée générale de la Communion mondiale d’Eglises réformées (CMER). Si la majorité des Eglises membres de la CMER approuvent l’ordination des femmes, une quarantaine d’entre elles réparties en Europe (7), en Afrique (18), au Moyen-Orient (3), en Amérique latine (5) et en Asie (9) ne l’autorisent pas.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2019 Protestinfo