×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
jeudi, 25 octobre 2018 16:28

Aider ses proches sans s’épuiser

Mardi 30 octobre, la journée intercantonale des proches aidants se déroulera dans toute la Suisse romande. Un signe fort de reconnaissance envers les personnes qui s’occupent de leurs parents malades, enfants handicapés ou amis en perte d’autonomie.

Par Laurence Villoz

«Le vieillissement de la population et la volonté politique de maintenir les personnes le plus longtemps possible à domicile placent le rôle des proches aidants au centre des préoccupations», explique Jacqueline Lavoyer-Bünzli, animatrice cantonale du bénévolat de l’Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel (EREN) et responsable du service de développement communautaire. Mardi 30 octobre aura lieu la journée intercantonale des proches aidants. Instauré en 2012 par le Canton de Vaud, cet événement vise à reconnaître le travail effectué par les proches qui prennent soin de leur entourage ainsi que les sensibiliser aux possibilités de soutien externe. Diverses activités, rencontres et conférences se dérouleront partout en Suisse romande.

Des mains réunies https://flic.kr/p/8rKqLHAprès douze années d’existence, l’association qui soutenait et conseillait les couples composés d’un conjoint protestant et l’autre catholique cessera ses activités. La demande n’est plus au rendez-vous.

Photo: CC (by-nc) RebeccaVC1 

Par Laurence Villoz

Comment gérer le mariage ou le baptême des enfants quand papa est catholique et maman protestante? C’est à cette question que l’Association des familles interconfessionnelles de Suisse (AFI-CH) s’est intéressée pendant plus de douze ans. Une problématique qui ne semble toutefois plus concerner le public cible. «Une sorte de relativisation de l’identité religieuse, liée au fait que de moins en moins de personnes se marient à l’Église a progressivement sclérosé les activités de l’association. Ni les couples ni les institutions ne semblent plus vraiment s’y intéresser», déplore le pasteur Jean-Baptiste Lipp, aumônier protestant de l’AFI-CH. Courant 2018, cette association cessera ses activés.

campagne regroupement familial ©EKHN/Diakonie-Hessen/Tobias BoosA l’approche de Noël, l’Eglise protestante de Hesse et Nassau défend le droit au regroupement familial pour les réfugiés.

Darmstadt/Francfort-sur-le-Main (EPD/Protestinter). L’Eglise protestante du Hesse et Nassau (EKHN) et la diaconie de la Hesse s’engagent pour permettre à tous les réfugiés en droit de bénéficier d’une protection de faire venir auprès d’eux leurs parents proches. Les membres d’une même famille restés coincés dans d’autres pays européens doivent aussi se voir accorder l’entrée sur le territoire dans les meilleurs délais, ont préconisé l’Eglise et la diaconie mi-novembre, à Darmstadt et Francfort-sur-le-Main.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Une fécondation in vitro https://flic.kr/p/bww9qZProcréation médicalement assistée et gestation pour autrui se profilent en Suisse. Des modèles de plus en plus différenciés qui créent un vide juridique, dont la Confédération ne semble pas avoir mesuré les enjeux. Rencontre avec Isabelle Descombes, directrice de l’Association des familles monoparentales à Genève.

Photo: Une fécondation in vitro (FIV) CC (by-nc-nd) Zeiss Microscopy

Par Caroline Amberger

Avez-vous constaté des cas de procréation médicalement assistée (PMA) ou de gestation pour autrui (GPA) en Suisse?

Oui, bien que la GPA ne soit pas autorisée en Suisse, des hommes (hétérosexuels ou homosexuels) achètent des ovules, les font inséminer puis implanter chez des femmes aux Etats-Unis et reviennent avec un enfant sous le bras. Je constate aussi le cas de femmes qui se font inséminer à l’heure où l’horloge biologique avance,  parce qu’elles n’ont pas trouvé d’homme pour faire un bébé. Elles vont faire une fécondation in vitro et déclarent les enfants de père inconnu. Cette clientèle fait appel à notre association recherchant des conseils juridiques spécialisés dans les droits de l’enfant.

Une des photos de l'exposition MenCareL’association Männer.ch a lancé ce lundi à Neuchâtel son programme national MenCare, en Suisse romande. Pour des pères plus présents à la maison et une meilleure répartition des tâches.

Photo: Une des photos de l'exposition © Johan Bävman/mencare.swiss

Par Caroline Amberger

Le vernissage de l’exposition «Papas en Suisse» a marqué le lancement en Suisse romande du programme MenCare de l’association faîtière des organisations d’hommes et de pères Männer.ch, ce lundi à Neuchâtel.  Treize portraits de papas s’occupant de leurs enfants à temps partiel feront dès le mois d’octobre le tour de la Suisse romande. «Les femmes n’ont pas une prédisposition biologique au travail non rémunéré», a expliqué Markus Theunert, directeur du programme national Mencare.  Un véritable défi  reste à relever, «celui de contribuer au changement des normes sociales».

© 2019 Protestinfo