×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and html Premature end of data in tag head line 1 Premature end of data in tag html line 1
mardi, 15 mai 2018 09:30

«La vérité est enfin dite»

Trump is a friend of ZionÉvangéliques américains et gouvernement Netanyahou savouraient leur triomphe lundi alors qu’à Gaza, le nombre de morts dépassait les cinquante personnes en début de soirée.

Par Aline Jaccottet, Jérusalem

Il savoure son jour de gloire, et il compte bien le faire savoir. Fondateur du Musée des Amis de Sion, l’évangélique américain Mike Evans a pavoisé lundi matin sur la colline qui surplombait l’entrée principale de la désormais ambassade américaine. Débarqué d’un bus bleu flashy où l’on pouvait lire: «Trump is a Friend of Zion», l’homme aux 70 livres — c’est du moins ce qu’il prétend avoir écrit — exultait derrière sa moustache. «Il s’est écoulé septante ans entre la destruction du premier et du second Temple de Jérusalem, septante ans entre la reconnaissance d’Israël par les États-Unis et celle de Jérusalem comme capitale. La rédemption du monde est proche, car la vérité est enfin dite: la Ville Sainte appartient aux Juifs!» Très proche de Donald Trump, Mike Evans est un sioniste convaincu qui a fait de la souveraineté juive le combat de sa vie. Et quand on lui demande pourquoi, il n’hésite pas à se raconter. «Ma mère était juive orthodoxe et mon père, chrétien. Ma mère était battue par mon père qui a failli me tuer lorsque j’avais onze ans. À moitié mort, je me suis fait la promesse de toujours faire respecter les Juifs par les chrétiens!», lance-t-il devant quelques journalistes européens médusés.

Côte à côte, les drapeaux d'Israël et des États-Unis. CC(by) Ze'ev Barkan via https://flic.kr/p/e5aNJAC’est à eux que le gouvernement israélien doit la reconnaissance de Jérusalem capitale d’Israël: les évangéliques sionistes américains représentent une force puissante de l’électorat de Donald Trump. Rencontres à Jérusalem avec ces chrétiens convaincus d’œuvrer directement pour la rédemption.

Photo: Côte à côte, les drapeaux d'Israël et des États-Unis. CC(by) Ze'ev Barkan 

Par Aline Jaccottet, Jérusalem

Dimanche matin, l’heure était à la communion interreligieuse à la Knesset, le Parlement israélien. Invités par le gouvernement américain à venir assister à l’inauguration de l’ambassade US à Jérusalem, une délégation d’évangéliques proches de Donald Trump a profité de l’occasion pour venir délivrer un message aux juifs israéliens. «Nous sommes vos amis et nous reconnaissons que vous êtes l’incarnation vivante de la parole de Dieu. C’est vous qu’Il a désigné comme son peuple: sans vous, nous n’existerions pas», a déclaré le très influent pasteur évangélique californien Jim Garlow, applaudi par les quelque 200 personnes des deux confessions venues l’écouter.

musée "Friends of Zion" à Jérusalem ©Friends of ZionEn déplaçant l’ambassade américaine à Jérusalem, Donald Trump a répondu à un vœu d’une large part de son électorat: les évangéliques. La visite du musée des «Friends of Zion» permet de mieux comprendre les ressorts de leur amour pour Israël. Visite guidée.

Photo: ©Friends of Zion

Par Aline Jaccottet, Jérusalem

Il est petit, mais il est hollywoodien. A quelques pas de la vieille ville de Jérusalem, le musée des «Amis de Sion» (FOZ) raconte en quelques salles et beaucoup de grands écrans high-tech une vision du monde particulière: celle des évangéliques américains pro-Israël. Pas moins de trois guides escortent la presse qui veut explorer les lieux, après une introduction de Ilan Scolnik, chargé du marketing pour le musée. «Le FOZ a reçu l’an dernier quelques 150'000 visiteurs dont la moitié sont des chrétiens, et il compte quelques 40 millions de ‘followers’ sur les réseaux sociaux», affirme-t-il fièrement.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Sizani Ngubane et Phumzile Mlambo-NgzukaLa session annuelle de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies s’est penchée sur les conditions de travail des femmes en milieu rural, fin mars à New York. Comment tendre vers plus d’égalité?

Photo: Sizani Ngubane et Phumzile Mlambo-Ngzuka

Par Esther R. Suter

Comment parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes en milieu rural? Cette question a été au centre des réflexions, lors de la session annuelle de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (ONU-femmes) qui s’est déroulée du 12 au 23 mars dernier, à New York. Phumzile Mlambo-Ngzuka, secrétaire générale adjointe de l’ONU et directrice d’ONU-femmes, a appelé à l’autonomisation des femmes et des filles dans les régions rurales en soutenant: «personne ne devrait être laissé de côté». Ce slogan qui guide les objectifs de développements durables de 2015 à 2030 s’adresse à toutes les minorités de femmes marginalisées comme les veuves, indigènes, LGBTI, handicapées, migrantes et autres, arrivées de tous les continents.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

L'aumônier Patrick J. Conroy, LDD via https://en.wikipedia.org/wiki/Patrick_J._Conroy#/media/File:House_Chaplain_Patrick_J._Conroy.jpgEst-ce une prière trop «politique» ou le manque d’activité qui justifie le limogeage de l’aumônier de la Chambre des représentants? La question reste ouverte d’autant que la majorité des élus ont refusé qu’une enquête soit menée sur cette question.

Photo: Patrick Conroy, aumônier de la Chambre des représentants. LDD

(EPD/Protestinter) Un conflit autour de son aumônier divise actuellement la Chambre des représentants américaine: fin avril, les élus démocrates ont échoué à faire passer une motion pour enquêter sur son éviction. Peu avant, le père jésuite Patrick Conroy avait été limogé par Paul Ryan, le président républicain de l’assemblée. Nombre de démocrates soupçonnent cette décision d’être motivée par des raisons politiques inavouées. La majorité républicaine à la Chambre des représentants s’est opposée à leur demande d’enquête.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2018 Protestinfo