×

Message

Failed loading XML...

faire des économies CC(0) via https://pixnio.com/fr/objets/crayon-calculatrice-papier-entreprise-economie-bureauLes délégués des Eglises réformées ont adopté un budget présenté pour la première fois à l’aide d’un nouveau plan comptable plus transparent

Par Joël Burri

Révolution dans la présentation du budget de la Conférence des Eglises réformées romandes (CER)! Les délégués des différentes Eglises réformées cantonales ont adopté pour la première fois, samedi à Morges, un budget 2018 de 3 millions de francs avec une présentation permettant de connaître le coût de chaque activité. Jusqu’à présent, les chiffres étaient présentés uniquement par nature: salaires, transports, fournitures, etc. Un exercice de transparence qui n’est pas tout à fait gratuit: «Aujourd’hui, nous avons un outil qui devrait nous permettre de faire des choix réels. Savoir quelle économie nous permet l’abandon d’une activité ou d’une autre», a déclaré Xavier Paillard, président du Conseil exécutif de la CER.

Trois calendriers de l’avent. ©Aurore DollfusFini les simples découpages avec des images pieuses. Le calendrier de l’avent se diversifie et depuis peu, il n’est plus proposé aux seuls enfants.

Photo:Trois calendriers de l’avent. ©Aurore Dollfus

Par Joël Burri

Pour faire plaisir à votre petit-neveu, n’achetez pas le premier calendrier venu. Car dans les commerces ce rayon s’est largement diversifié et vise désormais aussi un marché adulte. Outre Interdiscount qui propose un tel produit avec des gadgets électroniques pour la première fois, les rayons regorgent de produit avec un whisky, une bière, un accessoire de mode ou un jouet érotique pour chaque jour de l’avent. «De manière générale, nous pouvons confirmer une tendance à la hausse de la diversité des calendriers de l’avent. Ainsi, nous remarquons une demande grandissante pour des modèles proposant des alcools, des thés, des confitures ou des produits de beauté par exemple. Les retours que nous avons jusqu’à présent sont très positifs: le côté “dégustations et découvertes” des calendriers proposant des “surprises” alimentaires, par exemple, semble beaucoup plaire», reconnaît Alexandre Barras, porte-parole de Manor.

Monoculture de palme en Malaisie ©Campagne Voir et AgirPolyvalente et bon marché, l’huile de palme a tout pour plaire à l’industrie alimentaire. Aujourd’hui, un produit sur six vendu dans les supermarchés suisses en contient. Alors que les organisations humanitaires constatent l’échec de la certification garantissant une huile de palme durable et lancent une pétition pour demander aux détaillants du pays de réduire leur recours à ce produit miracle, les commerçants défendent les normes en vigueur.

Photo: Monoculture de palme en Malaisie ©Campagne Voir et Agir

Par Joël Burri

L’huile de palme durable est une utopie. C’est en résumé l’argument des organisations caritatives Pain pour le prochain et Action de carême qui ont lancé lundi 4 septembre une pétition demandant aux détaillants suisses de réduire le nombre de produits contenant cette matière grasse, économique, neutre en goût et dont la durée de conservation est très longue. Actuellement, un produit sur six en contient dans les supermarchés suisses. Or lors de leurs voyages, les délégués de Pain pour le prochain et Action de carême ont constaté que la culture de la palme provoque la destruction de la forêt tropicale, des phénomènes d’accaparement des terres des populations locales et de violations des droits humains. Des observations également partagés par les organisations locales.

De gauche à droite: Constantin Knall, directeur général du 36e Kirchentag; Ulrich Schneider, gestionnaire de l’association Jubilé de la Réforme 2017; Hiltrud D. Werner, membre du conseil d'administration de Volkswagen; Margot Käßmann, ambassadrice du Conseil de l'Eglise protestante  en Allemagne pour le jubilé de la Réforme; Jan Wurps, commissaire Eglise de Volkswagen; Francesco Forte, responsable de la gestion de la clientèle de l'Autostadt. ©Volkswagen via https://www.volkswagen-media-services.com/detailpage/-/detail/Volkswagen-Konzern-untersttzt-das-Reformationsjubilum-2017-mit-Fahrzeugflotte/view/4950371/6e1e015af7bda8f2a4b42b43d2dcc9b5?p_p_auth=UD9HM7r1

Jamais la marque automobile allemande n’avait prêté autant de véhicules à une organisation religieuse. Les VW seront utilisées tant pour le transport de personnes que de marchandises durant les différentes manifestations liées au jubilé de la Réforme. 

Photo: ©Volkswagen

Wolfsbourg/Wittenberg (EPD/Protestinter). Le groupe industriel Volkswagen soutient les grandes manifestations prévues à l’occasion du 500e Jubilé de la Réforme en fournissant 239 véhicules. En sa qualité de partenaire du Jubilé de la Réforme, le groupe se félicite tout particulièrement de la présence d’un débat sur des questions d’avenir, a déclaré Hiltrud Werner, membre du directoire de Volkswagen, lors de la remise des 16 premiers véhicules, la semaine passée à Wolfsbourg.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

ecrituremanuscrite CC(by-nc-nd) Rebecca via https://flic.kr/p/4sP4NHProtestinfo laisse régulièrement carte blanche à des personnalités réformées.

Sous la forme de la lettre ouverte, Jean-François Ramelet, pasteur, responsable de «l’esprit sainf — une oasis dans la ville» à Lausanne réagit au propos de Beat Kappeler sur la prise de parole publique des ministres du culte.

Photo: CC(by-nc-nd) Rebecca

Cher Beat Kappeler,

Vous souvenez-vous de moi? Jeune pasteur à Lutry, je vous avais invité, il y a plus de vingt ans, dans un cycle de conférences sur le thème: «le monde change et la Suisse?» Les orateurs venaient à la fois du monde politique, économique et théologique. Cette série avait rencontré un franc succès.

© 2017 Protestinfo