×

Message

Failed loading XML...

Affiche pour la Journée mondiale de lutte contre le SIDA https://flic.kr/p/phPh7iResponsable du Ministère SIDA de l’Eglise réformée vaudoise, la pasteure Roselyne Righetti travaille dans les rues de Lausanne auprès des laissés-pour-compte. A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, elle nous parle de la situation des personnes qu’elles côtoient quotidiennement.

Photo: CC (by-sa) jacinta lluch valero

Par Laurence Villoz

Depuis 16 ans, Roselyne Righetti accompagne ceux que la société a abandonnés. A temps plein, cette pasteure exerce son ministère à la Pastorale de la Rue, une structure des Eglises réformée et catholique vaudoises, qui comprend également le Ministère SIDA dont Roselyne Righetti a la responsabilité. Interview.

Est-ce encore pertinent d’avoir un Ministère SIDA en 2017?

C’est indispensable et ça l’a toujours été. On croit que la question du SIDA est réglée parce qu’on a des traitements, mais ce n’est pas le cas. Il ne faut pas se voiler la face, le SIDA est une maladie qui est mal vue dans la société, une maladie qui touche, comme on dit, des personnes «à risque». Une définition stigmatisante qui englobe les homosexuels, les personnes du monde de la prostitution, les toxicomanes, les migrants, les prisonniers, car le milieu carcéral n'échappe pas non plus aux «risques»!

Bernard Gobalet devant les locaux de Cumpanis. ©Gérard JatonLe CV papier n’est pas encore dépassé, mais il a de la concurrence! A Moudon une association innove. Des jeunes apprennent à se vendre à de futurs employeurs en utilisant les réseaux sociaux.

Photo: Bernard Gobalet devant les locaux de Cumpanis. ©Gérard Jaton

Par Joël Burri

Peaufiner le CV des jeunes, fait partie des aides apportées par Cumpanis à Moudon. Un coup de pouce facilitant leur entrée dans le monde du travail. Depuis cet automne, en plus de ce document papier, ils apprennent à gérer leur compte sur le réseau social LinkedIn. Né d’un projet de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud, l’association accompagne de jeunes adultes en rupture ou en difficultés d’apprentissage. Cumpanis accueille notamment chaque année une vingtaine de jeunes pour des stages courts comme informaticiens ou employés de commerce.

pluralisme mains CC(0) pixabay via https://pixabay.com/fr/commune-commune-fran%C3%A7aise-diversit%C3%A9-1300520/De l’observation de terrain à la création d’outils pratiques, l’Eglise réformée vaudoise a ouvert un vaste chantier pour répondre à une question aussi ancienne que le christianisme: intégrer les différences de convictions dans la vie communautaire.

Par Joël Burri

Comment vivre la diversité des sensibilités au sein d’une communauté ecclésiale? Le pasteur Jean-François Habermacher a été mandaté par le Conseil synodal (exécutif) pour travailler cette problématique. Avec un groupe de travail, il a lancé au début de l’année un questionnaire sur ce thème. Mardi 14 novembre, il a présenté à un groupe d’intéressés les premiers enseignements de cette recherche et lancé une deuxième phase de ce travail: les études de cas.

Synode 201711L’organe délibérant de l’Eglise réformée vaudoise a accepté de remplacer «Ne nous soumets pas à la tentation» par «ne nous laisse pas entrer en tentation» pour la sixième demande du Notre Père. L’œcuménisme a primé sur la théologie.

Par Joël Burri

«Tout mon être théologique se révolte contre cette modification, mais je vous invite à l’accepter par pur pragmatisme», a résumé la pasteure Florence Clerc Aegerter devant le Synode, organe délibérant de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV). Réunis les 3 et 4 novembre dans la salle du Grand conseil à Lausanne, les délégués étaient appelés à se prononcer sur une modification du Notre Père.

Le temple de Thierrens accueille régulièrement des messes. ©Célébrer.ch/AUJDes messes dans des temples et des cultes dans des églises catholiques. La nouvelle convention entre réformés et catholiques sur l’utilisation des lieux de culte reflète un œcuménisme assumé.

Photo: Le temple de Thierrens accueille régulièrement des messes. ©Célébrer.ch/AUJ

Par Laurence Villoz

«Nous avons adapté les procédures à la réalité. La nouvelle convention certifie que l’œcuménisme n’est pas une option, mais une évidence. Il y a trente ans, ce document aurait nécessité une longue réflexion, alors qu’actuellement il s’agit d’une simple procédure administrative», se réjouit Cédric Pillonel, secrétaire général de la Fédération ecclésiastique catholique romaine du canton de Vaud (FEDEC-VD). Une nouvelle convention sur l’utilisation des lieux de culte entre réformés et catholiques vaudois est entrée en vigueur le 1er septembre 2017, remplaçant celle de 1984.

Page 1 sur 31
© 2017 Protestinfo