×

Message

Failed loading XML...

Caricature du protestant austèreLes réformés sont-ils vraiment austères, radins et intellos? L’exposition «Le selfie des protestants» propose de revisiter avec humour les clichés qui leur collent à la peau. A voir du 22 août au 2 septembre au Forum de l’hôtel de ville, à Lausanne.

Par Laurence Villoz

Sous forme de dessins humoristiques ainsi que d’entretiens audio et vidéo, l’exposition «Le selfie des protestants» présente de manière ludique et décalée les clichés associés aux protestants vaudois, mais aussi leurs positions sur l’actualité. Réalisé dans le cadre des 500 ans de la Réforme, ce projet porté par le pasteur Christian Vez sera visible du 22 août au 2 septembre au Forum de l’hôtel de ville, à Lausanne.

Série: «La transmission de la mémoire de la Shoah»

Les singes de la sagesse CC(by-sa) Japanexperterna.se via https://flic.kr/p/peGjXSAu cours de la Seconde Guerre mondiale, les institutions ecclésiales protestantes se sont montrées pour le moins discrètes. Si certains s’engagent personnellement et soutiennent l’arrivée des réfugiés au cours du conflit, les organes décisionnels— à l’instar de la Commission synodale de l’Eglise nationale vaudoise— font preuve d’un «ouragan de prudence».

Photo: CC(by-sa) Japanexperterna.se

Par Laurence Villoz et Guillaume Henchoz

En janvier 1933, Le Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (NSDAP), parti d’Adolf Hitler, accède au pouvoir. Il peut largement compter sur les voix des électeurs protestants et sur l’appui de leurs Eglises. Sans s’affirmer comme chrétien, le NSDAP assume un virage conservateur et un retour aux valeurs chrétiennes. La peur du bolchévisme et une Eglise soutenant l’existence d’une nation allemande forte auront fait le reste. Au cours de l’année 1933, les Eglises protestantes fusionnent au sein d’une seule structure: l’Eglise protestante du Reich.

La Mi-été à Solalex en 2014. ©Sabine PetermannLe culte d’Espace 2 sera diffusé en vidéo sur le web, ce dimanche. Une célébration en plein air et accompagnée d’une fanfare à l’occasion de la fête de la Mi-été.

Photo: La Mi-été à Solalex en 2014. ©Sabine Petermann

Par Joël Burri

La fête de la Mi-été est un rendez-vous apprécié des auditeurs du culte radio. Chaque été Espace 2, prend de la hauteur, pour diffuser une célébration depuis un alpage. «Historiquement, cette fête était purement civile. Les propriétaires se rendaient à l’alpage pour s’assurer de la bonne tenue de leur troupeau, se répartir le beurre et le fromage et amener du sel et du pain frais aux personnes qui passaient l’été en montagne. Très vite, on y a associé une célébration religieuse», rappelle Sabine Petermann productrice des cultes radio à la RTS.

figurine gateau mariage femmes, CC(by-nc-sa) NobMouse, https://flic.kr/p/9pkTgJ

Lors de l’adoption du rite pour couples partenariés, certains membres des autorités ecclésiales craignaient que cela ne prête à confusion avec le mariage. La différenciation entre les deux rituels a été bien respectée, selon un rapport d’évaluation après trois ans.

Photo: CC(by-nc-sa) NobMouse

Par Joël Burri

Une en 2013, avant même que le synode (organe délibérant) n’adopte un règlement instituant une telle cérémonie, deux en 2014, trois en 2015, une en 2016 et une qui doit avoir eu lieu en juillet 2017; au total, l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) a célébré huit «rites pour couples partenariés». Et quatre ministres sont en contact avec des couples pour de futures célébrations. C’est ce que l’on apprend en lisant le rapport après trois ans qui a été diffusé lors de la dernière session du synode.

mardi, 18 juillet 2017 08:15

A la recherche du calice perdu

Le calice perduUne coupe de cène de la paroisse de Montagny – Champvent, datant du XVIIIe siècle, a disparu. Cadeau du seigneur de l’époque, elle fait partie du patrimoine communal.

Photo: Le calice perdu DR

Par Laurence Villoz

«Le calice disparu possède de la valeur affective pour les habitants. Il avait été donné par le seigneur du château de Champvent à la paroisse», explique Anne-Christine Rapin, pasteure dans la paroisse de Montagny – Champvent de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV). En 2011, lors d’un culte à la Cathédrale de Lausanne, ce calice a été perdu. «Un de mes prédécesseurs avait été consacré lors de cet office et comme à l’accoutumée, il avait apporté les deux coupes de cène de sa paroisse», précise la pasteure. Il est bien reparti avec deux verres en argent, mais l’un d’entre eux n’appartenait pas à la paroisse de Montagny – Champvent.

Page 1 sur 29
© 2017 Protestinfo