×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Réunis en synode mercredi 7 novembre, les délégués de l’Église réformée fribourgeoise ont bouclé la révision de la directive relative aux contrats d’engagement des ministres. Ils ont réaffirmé la volonté de la rendre seulement indicative.

Par Laurence Villoz

«C’est typique de notre Église fribourgeoise qui a envie de garder une autonomie des paroisses, sans contrainte cantonale», explique Pierre-Philippe Blaser, président du Conseil synodal de l’Église évangélique réformée du canton de Fribourg (EERF). Mercredi 7 novembre, les délégués, réunis en synode à l’Institut agricole Grangeneuve à Posieux, ont mis un point final à la révision de la Directive relative aux contrats des ministres. Dans le système réformé fribourgeois, c’est la paroisse qui est l’employeur des pasteurs et diacres. Alors que le Conseil synodal proposait de faire de ce texte une annexe au contrat de travail pour toutes les paroisses, le synode, lors d’une précédente session, avait décidé d’en faire un document «sans force contraignante». Les délégués ont entériné cette décision en un vote final.

Une longue vue https://flic.kr/p/52VWc1Plusieurs Eglises réformées ont renouvelé leur vision et leurs objectifs afin de répondre aux besoins d’une société en mutation. En 2018, ce processus de transformation se développera concrètement.

Photo: CC (by-nc-nd) Sébastien Cheniclet

Par Laurence Villoz

«Nous avons comme cap d’être une Eglise de témoins. Pour nous réformés, il y a une réelle révolution en cours», souligne Alexandra Deruaz, codirectrice de l’Eglise protestante de Genève (EPG). «Nous allons poursuivre la mutation d’une Eglise minoritaire qui doit devenir de plus en plus témoignante dans la société civile. Il s’agit de renouveler les formes d’activités et de célébrations tout en renforçant les finances», lâche Xavier Paillard, président du Conseil synodal (exécutif) de l’Eglise réformée évangélique du canton de Vaud (EERV).

les délégués au synode de l'EERF Les délégués du synode de l’Eglise évangélique réformée fribourgeoise ont accepté d’augmenter de 60% le taux de travail de son exécutif, jeudi 7 décembre, à Posieux. Cette adaptation répond à l’intensification des tâches liées à la croissance de l’Eglise.

Photo: Les délégués à Posieux

Par Laurence Villoz

Réunis en synode, les délégués de l’Eglise évangélique réformée du canton de Fribourg (EERF) ont soutenu la demande de son exécutif en lui attribuant une dotation de 200% équivalent plein temps (EPT), remplaçant le 140% en vigueur, jeudi 7 décembre, à Posieux. Cette décision sera effective dès le 1er janvier 2018. Fin octobre, le Conseil synodal avait fait part aux membres de l’assemblée du surplus de travail auquel il était confronté. L’augmentation progressive du nombre de paroissiens dans cette Eglise a intensifié les différentes tâches de l’exécutif.

L'Institut de Grangeneuve à PosieuxFace à une Eglise en croissance, le pourcentage de travail du Conseil synodal fribourgeois ne correspond plus à l’ampleur des tâches à effectuer.

Photo: L’Institut agricole Grangeneuve à Posieux

Par Laurence Villoz

«Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait une différence importante entre la réalité des tâches et le temps de travail à disposition pour les effectuer», lâche Pierre-Philippe Blaser, président du Conseil synodal (exécutif) de l’Eglise évangélique réformée du canton de Fribourg (EERF). Lors du synode qui s’est déroulé mardi 31 octobre à Posieux, l’exécutif a fait part aux membres de l’assemblée du surplus de travail auquel il était confronté afin d’en discuter ouvertement.

Chapelle des Arolles (Champex VS) ©S.Petermann/Célébrer.chEn Suisse romande, l’Eglise réformée est minoritaire dans les cantons du Jura, de Fribourg et du Valais. Si les réalités diffèrent, la reconnaissance étatique et la cohésion des réformés sont les ingrédients de la pérennité.

Photo: La chapelle des Arolles (Champex, VS) ©S.Petermann/Célébrer.ch

Par Marie Destraz, «Réformés» 

Ils sont un peu plus de 20’000 en Valais (6 %), plus de 40’000 sur Fribourg (13 %), et près de 8’000 dans le canton du Jura (9 %). Sur ces trois terres de tradition catholique, les réformés sont minoritaires. Ils n’en sont pas moins vaillants. La reconnaissance étatique qui les dresse au même rang que leur grande sœur catholique est un gage de légitimité dont les trois institutions sont conscientes. Par ailleurs, elles profitent du chemin tracé par l’Eglise catholique pour s’assurer une visibilité.

© 2018 Protestinfo