×

Message

Failed loading XML...

vitrail et godly playJPGLe Conseil synodal des réformés vaudois constate que sa «surface de contact avec la société» diminue. A l’occasion d’un exercice de réduction des postes, il propose donc tout une réflexion visant à encourager les nouvelles façon d’être Eglise.

Par Joël Burri

Photo: La chapelle des enfants à Servion. Le genre d’initiative que l’exécutif de l’Eglise souhaite encourager en créant deux postes visant à «renforcer la dynamique de changement».  

L’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) doit revoir ses effectifs à la baisse, en raison de l’accord de rééquilibrage avec l’Église catholique romaine dans le canton de Vaud. D’ici 2025, elle doit passer de 220 à 204 équivalents plein-temps. Profitant de départs à la retraite, elle compte y parvenir d’ici 2020, et surtout, au lieu d’en faire un simple exercice de coupes, le Conseil synodal, l’exécutif de l’Église propose d’en profiter pour mettre en place des outils pour redynamiser l’Église.

temple malagnou

Alors que le Consistoire a décidé de formaliser l’encadrement des nouvelles formes ecclésiales, les paroisses ont rappelé leur difficulté à renoncer à des forces ministérielles.

Par Joël Burri

L’Eglise protestante de Genève a beaucoup de projets, mais peine encore à se résoudre à libérer des forces pour les mener à bien. Cette impression ressort de la deuxième journée de séance du Consistoire (organe délibérant), vendredi 1er décembre au temple de Malagnou. Deux débats se succédaient: l’un sur les critères utilisés pour distribuer les forces ministérielles entre régions et un deuxième sur des lignes directrices pour encadrer les ministères dits «pionniers», c’est-à-dire des expérimentations de nouvelles formes de présence ecclésiale. Ainsi, alors que durant le premier débat chaque délégué a «prêché pour sa paroisse», la question de comment libérer des forces pour lancer de nouveaux projets était dans les esprits durant le deuxième.

L'église de Römhild en Turinge CC(by-nc) pilot_michaA l’occasion de son synode, l’Eglise protestante en Allemagne a évoqué diverses pistes de réformes.

Photo: L'église de Römhild en Turinge CC(by-nc) pilot_micha

Bonn (EPD/Protestinter) 500 ans après le début de la Réforme, l’Eglise protestante en Allemangne (EKD) ressent le besoin de profonds changements. Durant son synode qui s’est tenu la semaine passée, du 12 au 15 novembre à Bonn, elle a entamé un processus de discussion sur la capacité de l’institution à aller vers l’avenir dans une société séculière et plurielle dans laquelle l’EKD perd de son importance et dans laquelle, le nombre de fidèles baisse. L’objectif est de tirer parti de l’élan créé par le Jubilé, à présent clos, pour déclencher des réformes. Des changements concrets s’annoncent pour l’organisation des cultes et dans une pratique religieuse souvent considérée comme trop figée.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

lundi, 30 octobre 2017 11:00

Rap et râpe à légumes au culte

Sonvilier legumes pour soupeMobiliser tous les sens pour vivre sa foi, tel est le défi d’une série de cultes événements proposés dans le Vallon de Saint-Imier. Dimanche, c’est en préparant ensemble la soupe partagée après le culte que les paroissiens ont été invités à partir à la découverte de l’autre.

Par Joël Burri

«Nous vivons une époque où l’on a vite tendance à catégoriser les gens. Mais peut-être que nous partageons plus que l’on pense», tel était le message central du culte dimanche à Sonvilier (BE). Mais pour faire passer le message, les paroisses de l’Erguël ont déployé les grands moyens: une journée festive et décalée avec une prédication rappée et corvée de légumes pour les participants!

La Mi-été à Solalex en 2014. ©Sabine PetermannLe culte d’Espace 2 sera diffusé en vidéo sur le web, ce dimanche. Une célébration en plein air et accompagnée d’une fanfare à l’occasion de la fête de la Mi-été.

Photo: La Mi-été à Solalex en 2014. ©Sabine Petermann

Par Joël Burri

La fête de la Mi-été est un rendez-vous apprécié des auditeurs du culte radio. Chaque été Espace 2, prend de la hauteur, pour diffuser une célébration depuis un alpage. «Historiquement, cette fête était purement civile. Les propriétaires se rendaient à l’alpage pour s’assurer de la bonne tenue de leur troupeau, se répartir le beurre et le fromage et amener du sel et du pain frais aux personnes qui passaient l’été en montagne. Très vite, on y a associé une célébration religieuse», rappelle Sabine Petermann productrice des cultes radio à la RTS.

© 2018 Protestinfo