×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Au terme d’une législature houleuse, aucun des candidats élus en 2014 à l’exécutif de l’Église réformée vaudoise ne briguera de nouveau mandat en 2019.

Par Joël Burri

À quelques mois de la fin de la législature 2014-2019, le 30 juin prochain, cinq des sept membres du Conseil synodal, l’exécutif de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV), n’ont «pas l’intention de solliciter un nouveau mandat», selon la formule du président du collège, Xavier Paillard. De fait, seuls Laurent Zumstein élu en 2017 en remplacement de Jean-Michel Sordet prenant sa retraite et Boris Voirol élu en septembre en remplacement de John Christin démissionnaire se portent candidat pour la période 2019-2024.

Au second jour de l’audition des témoins dans l’affaire qui l’oppose à l’Église qui l’a licencié, Daniel Fatzer a été présenté comme un pasteur passionné et enthousiaste. Son ancien collègue direct note aussi qu’il «ne va pas travestir sa pensée» et qu’il peut-être «un peu brut de décoffrage.»

Par Joël Burri

Les deux parties se sont entendues pour renoncer à entendre deux témoins ainsi qu’à s’en tenir aux versions des faits présentées dans le dossier plutôt que de procéder à l’audition devant la cour du pasteur Daniel Fatzer et des représentants de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV). La phase d’instruction du procès opposant le ministre à son ancien employeur à la suite d’un licenciement contesté a donc pu se terminer ce mercredi 3 octobre à midi, plutôt qu’en fin de journée. Et c’est bien le seul point sur lequel un accord a été trouvé. Malgré l’exhortation de trouver un accord permettant de mettre fin au procès, renouvelée la veille par la présidente Valérie Favre (notre article précédant), les représentants de l’Église et le pasteur ancien gréviste de la faim sont «arrivés à la conclusion que nous n’y arriverons pas», selon la formule de Mathias Burnand, avocat de Daniel Fatzer.

Licencié avec effet immédiat à un peu plus d’une année de la retraite, Daniel Fatzer continue à demander réparation à son employeur l’Église évangélique réformée du canton de Vaud.

Par Joël Burri

La cause du litige portant sur montant supérieur à 30’000 fr, ce n’est pas le Tribunal des prud’hommes, mais le Tribunal d’arrondissement de Lausanne qui siège mardi 2 et mercredi 3 octobre dans l’affaire opposant le pasteur Daniel Fatzer à son ancien employeur l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV). Ces deux jours font suite à une tentative infructueuse de conciliation ainsi qu’à une audience de débats d’instruction ayant échappé aux médias.

Vitrail de l'église anglicane Saint-Jean-Baptiste-d'Ashfield en Nouvelle-Galles du Sud (Australie) via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:StJohnsAshfield_StainedGlass_GoodShepherd_Portrait.jpgProtestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres des rédactions de Médias-pro.

Joël Burri, rédacteur responsable de Protestinfo revient sur la «crise» des ressources humaines au sein de l’Eglise évangélique réformée vaudoise.

Image: Jésus, le Bon Berger. Vitrail de l’église anglicane Saint-Jean-Baptiste-d’Ashfield en Nouvelle-Galles du Sud (Australie)

Qu’un employeur qui compte plus de 300 employés se sépare de deux personnes en période d’essai: cela arrive et cela ne fait, en principe, pas l’objet d’articles dans la presse. Et même en précisant qu’au cours des trois dernières années une demi-douzaine d’autres cas sont à signaler, il n’y aurait, en principe, pas de quoi émouvoir le moindre journaliste. En plus, il faut bien admettre qu’en matière de traitement médiatique, il y a plus intéressant à traiter qu’une fin de contrat. Que dire, qu’écrire, quand d’un côté on a un employeur tenu à une certaine réserve afin de respecter la sphère privée de l’employé dont il se sépare alors que de l’autre, le travailleur éconduit a toute latitude à laisser entendre toute sorte d’accusations.

Le tribunal d’arrondissement de Montbenon CC(by-sa) Brent Ozar via https://flic.kr/p/5j53H4

Le verdict était attendu pour mi-novembre, mais c’est pourtant ce vendredi que le Conseil synodal a annoncé au Synode et par communiqué que le Tribunal des Prud’hommes n’avait retenu «aucune charge contre lui» dans l'affaire qui l'opposait à un de ses ex-ministres.

Photo: Le tribunal d’arrondissement de Montbenon CC(by-sa) Brent Ozar

«Le Conseil synodal constate avec soulagement que le cadre réglementaire de l’EERV et la gestion RH qui en a découlé dans l’affaire qui l’opposait au pasteur Daniel Nagy sont conformes au droit du travail et qu’aucune charge n’est retenue contre lui», a communiqué l’exécutif de l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV) par oral devant le synode (organe délibérant) et par communiqué.

Page 1 sur 5
© 2018 Protestinfo