×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
mercredi, 08 août 2018 08:15

La quête de lumière d’Alexandra

Alexandra-Eliora Peretz DRNée catholique, la Suissesse Alexandra-Eliora Peretz s’est convertie pas moins de trois fois au judaïsme. Son parcours révèle la complexité d’un monde tourné tout entier vers la loi et l’étude.

Par Aline Jaccottet, Jérusalem

Elle était en exil, la voici à la maison. On est à Jérusalem, mais sa maison à elle est intérieure, faite de lectures, de réflexion, de questions à Dieu. «Je suis avant tout un cerveau», dit-elle en riant, attablée à un café. Elle est aussi un drôle de mélange. Doit-on l’appeler Alexandra, son nom de naissance, ou Eliora, celui qu’elle s’est choisi en devenant juive? Herfroy-Mischler ou Peretz, le patronyme de son mari? Un éclat malicieux traverse ses yeux verts. «Vous voyez, ma vie n’est pas simple!»

Ignace Ephrem II https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Patriarch_Ignatius_Aphrem_II_seated_color.JPG#/media/File:Patriarch_Ignatius_Aphrem_II_seated_color.JPGIgnace Ephrem II, le patriarche de l’Église syriaque orthodoxe, reproche aux organisations religieuses occidentales de faire de l’évangélisation dans les pays où elles apportent de l’aide, notamment en Irak et en Syrie.

Photo: Ignace Ephrem II LDD

Novi Sad, Serbie (EPD/Protestinter) Ignace Ephrem II, patriarche de l’Église syriaque orthodoxe, a critiqué les tentatives de conversion de membres de son Église et d’autres croyants du Proche-Orient par des groupes occidentaux. «En Irak et en Syrie, tout particulièrement, certaines organisations et institutions religieuses tirent parti de la détresse des populations», a affirmé le dirigeant spirituel à l’occasion de l’assemblée plénière de la Conférence des Églises européennes (CEE) qui s’est déroulée du 31 mai au 6 juin à Novi Sad, en Serbie.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

lundi, 26 juin 2017 08:30

Pourquoi je suis devenu protestant

L’Eglise des Billettes, au centre de Paris ©Holger WetjenEn France et en Allemagne, les jeunes adultes découvrent l’Eglise Protestante: âgés de 20 à 40 ans, ils veulent se détacher du matérialisme, se recentrer sur le présent, améliorer la relation humaine— six néo-protestants expliquent pourquoi ils sont devenus protestants Photo: L’Eglise des Billettes, au centre de Paris, attire les jeunes gens.

Par Holger Wetjen (texte et photo)

En France, un protestant sur cinq n’était pas protestant auparavant, mais il l’est devenu, selon une enquête de l’Institut français d’opinion publique (IFOP). Sur cent de ces néo-protestants, 59 étaient auparavant catholiques, 28 sans religion, 11 d’une autre religion et 2 étaient musulmans. En Allemagne du Nord, l’Eglise Protestante est en croissance: dans l’Eglise du Nord (qui couvre Hambourg, le Land de Schleswig-Holstein et celui du Mecklembourg), le nombre de personnes qui sont entrées dans l’Eglise Protestante a augmenté de 3017 personnes en 2014 à 3140 personnes en 2015. En même temps, les protestants qui sont membres de l’Eglise hésitent de plus en plus à quitter l’Eglise: le nombre de personnes qui ont quitté l’Eglise Protestante a reculé en 2015 d’un quart en comparaison avec l’année 2014.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Un baptême d’adulte CC(by-nc-nd) Denis De Mesmaeker via https://flic.kr/p/bCToZKAlors qu’en Allemagne de nombreux réfugiés se convertissent au christianisme, le pasteur Helge Hohmann, expert en matière d‘immigration s’inquiète pour leur sécurité. Il appelle à une meilleure protection des minorités dans les structures d’accueil et invite les Eglises à imposer une préparation très rigoureuse à tout réfugié souhaitant être baptisé.

Photo: Un baptême d’adulte CC(by-nc-nd) Denis De Mesmaeker

Par Holger Spierig, Schwerte (DE), EPD/Protestinter

Le responsable de l’immigration pour la paroisse de Schwerte, en Rhénanie-du-Nord–Westphalie, estime que les communautés religieuses devraient mieux prendre en compte la situation de ceux qui prétendent au droit d’asile. En effet, il ne faut pas oublier qu’une demande d’asile est susceptible d’être refusée, conduisant au retour de la personne dans un pays musulman: «il faut en parler avec les réfugiés, pour s’assurer qu’ils sont conscients des conséquences de leur baptême», a déclaré Helge Hohmann à l’agence de presse protestante allemande EPD.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

dimanche, 20 février 2011 08:18

L'islam des Suisses convertis

a_-_nicolas_blanchoNicolas Blancho n'est pas le seul Suisse à s'être converti à l'islam. D'autres choisissent également de devenir musulmans, et ceux-ci se montrent souvent plus fervents et revendicateurs que leurs condisciples nés musulmans. Par leur activisme, ils se présentent comme des forces structurantes de l'islam en Suisse, sans être toutefois représentatifs de tous les musulmans du pays.

Par Pierre-Yves Moret

La conférence du Conseil central islamique suisse (CCIS) , samedi à Bienne, a mis en lumière une facette particulière de l'islam en terre helvétique, celle des Suisses convertis à l'islam. Et si tous ne se retrouvent pas derrière les positions de Nicolas Blancho et du CCIS (voir encadré), ils sont nombreux à faire le choix d'un islam plutôt rigoriste.

C’est le constat de Susanne Leuenberger, qui rédige actuellement une thèse de doctorat à l'Université de Berne sur les Suisses qui se convertissent à l'islam. « Ces Suisses adhèrent à un islam qu'on peut qualifier d'orthodoxe, voire même de conservateur, et parfois même fondamentaliste », explique la chercheuse.

© 2018 Protestinfo