×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Réunis en assemblée extraordinaire, les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse ont ratifié leur nouvelle constitution. La faîtière deviendra une Église nationale à partir du 1er janvier 2020.

Par Laurence Villoz

«C’est un aboutissement historique extrêmement réjouissant», s’enthousiasme Esther Gaillard, vice-présidente du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), mardi 18 décembre, à Berne. À 62 voix contre une et une abstention, les délégués de la FEPS ont adopté, en troisième lecture, leur nouvelle constitution, après des années de discussion. Elle entrera en vigueur dès le 1er janvier 2020 et la faîtière prendra le nom d’Église évangélique réformée de Suisse (EERS). Une modification porteuse de nombreux changements.

vote au Rathaus BerneDans le dialogue œcuménique, être un ministre du Culte est un avantage. Mais les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse ont choisi de privilégier le principe protestant de l’égalité de tous les baptisés.

Photo: Le texte issu de la première lecture a été adopté à l'unanimité. 

Par Joël Burri

Peut-on être le représentant de la plus grande organisation protestante de Suisse sans être ordonné? C’est la question que se sont posés mardi 24 avril en assemblée les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Ils étaient réunis depuis lundi pour achever la première lecture de la nouvelle constitution de la faîtière qui regroupe les différentes Églises réformées cantonales, l’Église évangélique méthodiste de Suisse et l’Église évangélique libre de Genève. Dès l’entrée en vigueur du texte, la FEPS deviendra Église évangélique réformée de Suisse (EERS).

AD FEPS, Berne, le 24 avril 2018Le Synode de la future Église évangélique réformée de Suisse aura une large liberté dans le choix de son exécutif. En première lecture, les délégués des Églises membres ont biffé de nombreuses restrictions sur le choix des membres du conseil et du président.

Par Joël Burri

L’idée d’une présidence forte avait fait grincer des dents lors de la mise en consultation d’un avant-projet de nouvelle Constitution de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Il avait d’ailleurs déjà été surnommé «évêque des protestants», mais lundi 23 avril, réunis en assemblée à Berne, les délégués des différentes Églises membres ont porté les derniers coups de crayon pour biffer les prérogatives du président de la future Église évangélique réformée de Suisse (EERS) lors de la reprise de la première lecture du projet de constitution.

Beatrice MetrauxLe règlement d’application présenté lundi est le dernier élément nécessaire avant que le Canton ne reconnaisse d’autres communautés religieuses que les réformés, les catholiques et les israélites.

Par Joël Burri

«Certaines communautés criaient au déni de justice», a reconnu la Conseillère d’Etat en charge des affaires religieuses Béatrice Métraux (photo), lundi 17 novembre, lors de la présentation à la presse du règlement d’application adopté par le Conseil d’Etat de la Loi sur la reconnaissance par des communautés religieuses. La loi est en effet entrée en vigueur en 2007 et découle directement de la «nouvelle» Constitution vaudoise de 2003.

Votation lors de l'AD de la FEPS à Berne ©jobLes délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse ont adopté quatre affirmations fondamentales sur lesquelles le Conseil (exécutif) pourra avancer dans le projet d’élaboration d’une nouvelle constitution

Par Joël Burri

La future Constitution de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) a désormais un squelette! Les délégués de la FEPS, réunis en assemblée lundi 3 et mardi 4 novembre à Berne, ont adopté quatre «affirmations fondamentales» qui serviront désormais de base à l’avancée des travaux. Parmi celles-ci, l’affirmation de l’existence d’un synode national, donnant à la FEPS un caractère davantage ecclésial que dans sa forme actuelle. La FEPS regroupe 24 Eglises protestantes cantonales ainsi que l’Eglise évangélique libre de Genève et l’Eglise évangélique méthodiste en Suisse.

© 2019 Protestinfo