×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

De passage à Lausanne, le pasteur allemand Bernd Becker, directeur de l’Association de presse protestante pour la province de Westphalie-Lippe à l’ouest de l’Allemagne, partage son inquiétude face au parti d’extrême droite, Alternative pour l’Allemagne. Interview.

Par Laurence Villoz

Toujours plus présent dans les médias, le parti d’extrême droite Alternative für Deutschland (AFD) fait couler beaucoup d’encre. Quelles sont les relations entre l’AFD et l’Église protestante allemande (Evangelische Kirche in Deutschland EKD)?

L’EKD et l’AFD ont de mauvaises relations. L’AFD estime que l’EKD est trop progressiste, trop à gauche, et qu’en tant qu’Église elle ferait mieux de se focaliser sur les services religieux plutôt que de s’intéresser à des questions politiques. En Allemagne, l’Église protestante s’est toujours impliquée dans la politique, car elle affirme qu’en tant que chrétien il est crucial de se soucier de ce qu’il se passe dans la société.

Le nombre de violences perpétrées à l’encontre des chrétiens en Chine et en Inde est en nette augmentation, selon l’Index mondial des persécutions 2019. Une érosion de la liberté religieuse directement liée aux régimes politiques en place dans ces pays.

Par Marie Destraz

Un chrétien sur neuf est victime de discrimination et de persécution dans le monde et un sur trois en Asie, selon l’Index mondial des persécutions 2019, publié par l’organisation chrétienne Portes Ouvertes le 16 janvier. «La liberté religieuse est en danger, et pas seulement pour les chrétiens. J’en appelle à la communauté internationale. La situation des minorités religieuses est trop souvent ignorée. Les intérêts économiques prennent le dessus, au détriment de la défense des droits humains», s’inquiète Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes. «La recrudescence des persécutions chrétiennes en Chine et en Inde est telle qu’elle influence l’ensemble de notre évaluation et grossit le nombre global de violences», explique Philippe Fonjallaz. La Chine passe de la 43e à la 27e place du classement, tandis que l’Inde fait son apparition dans le top 10, à la dixième place.

Face aux persécutions perpétrées par le groupe islamiste somalien Al-Chabab, affilié à Al-Quaida, les chrétiens vivent leur foi dans le plus grand anonymat.

Par Tonny Onyulo (RNS/Protestinter)

Dans l’unique pièce d’une petite maison située dans la région de Banaadir en Somalie, plusieurs dizaines de chrétiens se sont rassemblés. Ils assistent au culte en secret, craignant de subir les persécutions dont ils sont les victimes dans ce pays où il n'existe aucune église officielle. Ils chantent, dansent et témoignent, mais sans l’exubérance que connaissent les services chrétiens qui se déroulent dans d'autres pays d’Afrique. «Je te remercie, Jésus, de m'avoir donné cette occasion de t'adorer, lance un homme coiffé d'une casquette rouge, debout au milieu des fidèles. Protégez ma famille et tous les chrétiens du monde entier. Nous savons et croyons que, Jésus, tu es le lion de Juda qui peut vaincre nos ennemis.» Sa Bible dans les bras, une femme en robe bleue prie: «Je rends grâce à Jésus-Christ de m'avoir sauvée des attaques et de ne pas avoir été frappée dans les explosions.»


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Les communautés religieuses chrétiennes, juives et musulmanes ont signé mercredi à Berne une déclaration commune en faveur de la protection des réfugiés. Un appel lancé à l’État, au monde politiques mais aussi aux fidèles.

Par Marie Destraz

C’est une première, les communautés religieuses représentées au sein du Conseil suisse des religions, ont signé une déclaration commune pour la protection des réfugiés. Réunis à Berne mercredi pour la signature, chrétiens, juifs et musulmans ont remis le document à la vice-présidente du Conseil national suisse, Marina Carobbio Guscetti. Le texte appelle l’État et le monde politique à assumer leurs responsabilités et à agir concrètement. Les fidèles ne sont pas en reste et sont invités à s’engager auprès des réfugiés sur le terrain. L’initiative est soutenue par le bureau du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) pour la Suisse et le Liechtenstein.

Hillsong en concert https://flic.kr/p/eFMaF1La chanson chrétienne renvoie souvent un écho ringard autour d’elle. Mais sa diversité, sa qualité et le nombre de ses artistes n’ont pourtant cessé d’évoluer ces dernières décennies.

Photo: Hillsong en concert à Londres CC (by-nc-nd) Steven McAllister

Par Claire Bernole, Réforme

Parler de chanson chrétienne, c’est déjà susciter des sourires en coin. Les termes mêmes évoquent davantage l’image du prêtre de «La vie est un long fleuve tranquille» qu’un genre à prendre au sérieux. Ce qui ne rend pas justice à la diversité de cette musique. En outre, si on entend par «chanson chrétienne» une production exclusivement proposée par des artistes qui déclarent leur foi, c’est forcément réducteur. Des Francis Cabrel et des Laurent Voulzy n’ont-ils pas écrit et interprété des textes explicitement chrétiens? D’autres encore chantent des paroles qu’un chrétien ne renierait pas, sans pour autant s’afficher comme tels.

© 2019 Protestinfo