×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'rsquo' not defined Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and html Premature end of data in tag head line 1 Premature end of data in tag html line 1

Andrzej Choromanski (à droite) et Olav Fykse Tveit présentent l’identité visuelle du pèlerinage œcuménique du pape François et du Conseil œcuménique des Églises du 21 juin 2018 à Genève. François sera de passage à Genève le 21 juin prochain. Si les collaborations entre l’Église catholique romaine et le Conseil œcuménique se multiplient, il n’est pas question pour autant de parler d’adhésion à l’organisation internationale.

Photo: Andrzej Choromanski (à droite) et Olav Fykse Tveit présentent l’identité visuelle du pèlerinage œcuménique du pape François et du Conseil œcuménique des Églises du 21 juin 2018 à Genève.

Par Joël Burri

«Le Saint-Père nous rappelle parfois que “ceux qui persécutent les chrétiens ont mieux compris que nous le sens de l’unité.” Pour lui, c’est un sujet de honte!», relate Andrzej Choromanski du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. «Lorsqu’ils commettent leurs persécutions, ils ne demandent pas à leur victime si elles sont luthériennes, méthodistes ou catholiques, ils les voient tous comme des chrétiens», a complété le théologien présent mardi à Genève, lors de la conférence de presse présentant le programme de la visite du pape François au Conseil œcuménique des Églises (COE).

Le pape François et Olav Fykse TveitLe 21 juin prochain, le pape François se rendra au Conseil œcuménique des Églises à Genève. Quelle est cette organisation qui rassemble plus de 500 millions de chrétiens?

Photo: Le pape François et Olav Fykse Tveit à Rome en août 2017 © COE/Francesco Sforza/Vatican Photographic Service

Par Laurence Villoz

«L’identité du Conseil œcuménique des Églises (COE) est de vivre en communion. Ses membres recherchent donc sans cesse le consensus», expliquait Olav Fykse Tveit, son secrétaire général, dans une interview publiée sur le site NouvelleR.ch. Créé en 1948 à Amsterdam, le COE qui célèbre son 70e anniversaire cette année rassemble 348 Églises représentant plus de 500 millions de chrétiens à travers le monde. Des protestants, des anglicans, des orthodoxes. Mais l’Église catholique romaine n’en fait pas partie. Elle collabore toutefois à certains projets.

église en Oregon CC(by-nc) Allen via https://flic.kr/p/btEJYyÉchanges de chaires, célébrations œcuméniques, groupes de prières et manifestations diverses, de multiples rencontres sont organisées jusqu’au 25 janvier. Les chrétiens sont appelés à prier pour l’unité.

Par Joël Burri

Photo: CC(by-nc) Allen

Dès jeudi 18 janvier, jour de commémoration de la confession de foi de Pierre et pendant une semaine, jusqu’à la commémoration de la conversion de Paul, les chrétiens sont invités à prier pour l’unité des chrétiens. Mais qu’est-ce que cela signifie, rêve-t-on d’une seule Église? «Probablement qu’au début du mouvement œcuménique, il y avait l’espoir de revenir à une seule Église. La constatation qui était faite est que ces multiples Églises étaient contraires à la volonté du Christ: “Soyez un pour que tout le monde croie”», rappelle Anne Durrer, secrétaire générale de la Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse (CTEC).

VIH virus CC(by-sa) DIOS1212AMOR via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Fb9bc088db57af5328b8a36aa37a8e6e_article.jpgLe Conseil œcuménique des Eglises (COE) et la consultation régionale de l’ONUSIDA se rencontrent du 4 au 8 septembre à Kampala, en Ouganda pour aborder les problèmes de pratiques de «guérison» du VIH/SIDA par la foi. Il s’agit de savoir comment les responsables religieux peuvent collaborer avec des organisations gouvernementales nationales et internationales pour élaborer des stratégies afin d’éviter que les personnes touchées par le VIH renoncent à leur traitement et ne se soignent que par la prière.

Image: CC(by-sa) DIOS1212AMOR

(Protestinter) Au cours des dernières années, une épidémie d’adeptes de la «guérison» par la foi seule a été observée. Certaines communautés religieuses ont commencé à encourager les personnes vivant avec le VIH à cesser de prendre leurs antirétroviraux, affirmant qu’elles peuvent être guéries par la foi seule, ce qui peut avoir des conséquences dévastatrices sur leur santé, explique le COE dans un communiqué.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Donald Trump et Robert Jeffress en juillet 2017. ©RNS/Reuters/Yuri GripasAlors que le Conseil œcuménique des Eglises s’inquiète des menaces proférées à l’encontre de la Corée du Nord et met en doute leur efficacité, un conseiller évangélique du président américain justifie la violence. La présidence américaine aurait l’autorité divine pour combattre le Mal.

Photo: Donald Trump et Robert Jeffress en juillet 2017. ©RNS/Reuters/Yuri Gripas

Par Emily McFarlan Miller, RNS/Protestinter

Dieu a donné au président Trump le «pouvoir de faire tomber Kim Jong-Un», selon le révérend Robert Jeffress, l’un des principaux conseillers chrétiens évangéliques du président. La prise de position de Robert Jeffress a été publiée mardi, peu après l’avertissement du président qui a déclaré que la Corée du Nord allait «rencontrer le feu et la fureur comme le monde ne les a jamais vus» si le leader du pays continue à menacer les Etats-Unis.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2018 Protestinfo