×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
mardi, 06 novembre 2018 14:15

Construis-moi un cercueil

Les Ga, ethnie du sud Ghana, enterrent leurs morts dans des cercueils en forme de poule ou de camion. Regula Tschumi, ethnologue, historienne de l’art et photographe a donné une conférence sur un art figuratif devenu une tradition chez les chrétiens aussi, à Cité Seniors à Genève, le jour des Morts.

Par Marie Destraz

Il était une ethnie qui faisait de la mort une fête. Dans cette ethnie, on réservait aux rois et aux prêtres une dernière demeure colorée, aux formes étonnantes de lion, léopard, sandales de chef ou d’aigles, témoins de la vie et des aspirations du défunt. Cette ethnie, c’est celle des Ga, installée dans les plaines d’Accra, au sud du Ghana, en Afrique de l’Ouest. Une ethnie méconnue, aux rites funéraires reconnus. Depuis les années 1960, ses cercueils figuratifs se sont démocratisés. La tradition a même été adoptée par certains chrétiens. Et aujourd’hui dans les musées du monde entier, les cercueils Ga s’exposent et fascinent les visiteurs. Le 2 novembre dernier, jour des Morts, l’ethnologue, historienne de l’art et photographe Regula Tschumi donnait une conférence sur les cercueils Ga à Cité Seniors, à Genève.

Prix Nobel de la paix 2018, le gynécologue Denis Mukwege est considéré comme une «bénédiction» dans son Église pentecôtiste. Depuis plus de vingt ans, ils soignent les victimes de viols de guerre.

Par Fredrick Nzwili, Nairobi, Kenya, RNS/Protestinter

Dès son plus jeune âge, Denis Mukwege a accompagné son père, pasteur dans une Église pentecôtiste, lors de ses tournées dans les villages de la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo (RDC), priant pour les paroissiens malades. Ce sont ces expériences qui ont inspiré Denis Mukwege à devenir médecin et plus tard à fonder l'Hôpital de Panzi, un établissement géré par une Église à Bukavu, une communauté dans l'est du Congo. Le gynécologue est dès lors devenu célèbre, reconnu comme le médecin qui soigne les femmes souffrant d’atroces blessures suite à des viols.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Habitant de Goma en République démocratique du Congo, le pasteur et professeur de théologie, Vincent  Muderhwa, dénonce une situation de tension et de conflits alarmants dans son pays. Actuellement à l’Université de Genève pour terminer une recherche académique, il appelle à l’aide internationale. Interview.

Par Laurence Villoz

Quelle est la situation actuelle dans la ville de Goma?

À la périphérie de la ville, des conflits font rage. De plus, un fort exode rural rend la vie socio-économique dans la ville intenable. Cette instabilité dure depuis près de deux décennies, notamment dans l’est du pays, avec des conséquences dramatiques sur les plans socioculturels, mais également politiques et économiques. Des milices et des groupes armés s’affrontent dans différents coins de la province, mais on ne peut pas considérer cela comme une guerre tribale.

Quand leurs portes s’ouvrent chaque dimanche, les églises africaines accueillent des milliers de nouveaux membres. Sur ce continent profondément religieux, le christianisme et l’islam sont tous deux en hausse. Mais de petits groupes d’athées convaincus contestent la manière dont l’Afrique s’agrippe à la foi, tout en cherchant à se faire reconnaître et attirer davantage d’adhérents.

Par Fredrick Nzwili, Nairobi, RNS/Protestinter

Partout en Afrique, des groupes se lèvent, mettant l’accent sur la science et la pensée critique comme une manière meilleure pour comprendre le monde naturel. Un de ces groupes, les «Athées du Kenya», a gagné en visibilité et réclame désormais un jour férié spécial, le 17 février comme «jour des athées».


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

L'église orthodoxe d'Abbis Abeba https://flic.kr/p/58U5PkAbune Merkorios, chef de l’Église orthodoxe en Éthiopie, a pu rentrer dans son pays après 27 années d’exil aux États-Unis.

Photo: L'église orthodoxe d'Addis-Abeba CC (by-nc) Irene2005

Addis-Abeba/Francfort-sur-le-Main (EPD/Protestinter). Après 27 années d’exil aux États-Unis, le patriarche Abune Merkorios vient de fouler à nouveau le sol éthiopien, mercredi 1er août. Le chef de l’Église orthodoxe du pays a été accueilli par de nombreuses manifestations de joie, a écrit Fitsum Arega, chef d’état-major du Premier ministre Abiy Ahmed, dans un tweet publié début août. Le religieux, poussé à l’abdication à la suite du renversement de la dictature de Mengistu, s’était réfugié outre-Atlantique.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

© 2018 Protestinfo