×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Plusieurs contenus sur internet ont laissé penser que l’association Feu solidarités Bessières collaborait avec l’Église adventiste. Un malentendu qui pourrait avoir de lourdes conséquences pour l’association areligieuse et apolitique.

Par Laurence Villoz

C’est avec stupéfaction que l’association Feu solidarités Bessières a découvert sur internet des articles et une vidéo qui les assimilaient à l’Église adventiste, vendredi 11 janvier. «Je me suis senti trahi et floué», lâche Herbert Stock, coresponsable de Feu solidarités Bessières, une association areligieuse et apolitique qui chaque année organise une permanence d’écoute et d’accueil sur le pont lausannois pendant la période des fêtes. Début janvier, l’Église adventiste a publié sur internet deux articles ainsi qu’une vidéo où l’on voit trois bénévoles autour du feu sur le pont. Ce qui a fait bondir l’association est qu’on a l’impression au travers de ces contenus que cette Église collabore avec «Feu solidarités Bessières».

hacksaw ridge ©Metropolitan films Tu ne tueras point de Mel Gibson retrace l’histoire du premier objecteur de conscience de l’armée américaine à avoir été décoré de la Médaille d’honneur pour sa bravoure durant la bataille d’Okinawa.

Par Myriam Bettens

Le pilonnage sans répit des troupes ennemies s’est calmé, Desmond Doss interpelle Dieu sur la falaise de Maeda durant la bataille d’Okinawa. Cette ultime bataille à laquelle les ministres des Cultes catholiques, réformés et évangéliques de Suisse romande ont été conviés à participer par l’entremise d’une projection en avant-première du film de Mel Gibson. Un film qui sortira le 1er février sur les écrans romands et qui retrace le parcours de Desmond Doss, premier objecteur de conscience à avoir été décoré au combat. L’avant-première de Tu ne tueras point s’est déroulée sous les auspices de trois médias chrétiens de Suisse romande au cinéma Odéon de Morges, la projection s’est poursuivie par une table-ronde à laquelle était conviés trois intervenants: Le capitaine aumônier Jean-Marc Savary, John Graz qui dirige le Département des affaires publiques et de la liberté religieuse au sein de l’Eglise adventiste mondiale ainsi que Michael Mutzner, secrétaire général adjoint du Réseau évangélique suisse.

journée liberté religieuse DRL’Eglise adventiste a organisé une journée de réflexion sur la liberté religieuse. Ce droit est plus fragile qu’il n’y paraît.

Par Joël Burri

Photo: les participants à la première journée de la liberté religieuse. DR

«Pour nous, la liberté religieuse, c’est la mère de toutes les libertés», explique Giampiero Vassallo du département «Liberté religieuse» de la fédération des Eglises adventistes de la Suisse romande et du Tessin. Il a participé à l’organisation, au début du mois, de la première journée en Suisse romande sur ce thème. «Même pour l’Eglise, en Europe, la liberté religieuse est mal comprise», complète John Graz, ancien secrétaire de l’association internationale de la Liberté religieuse. «La crainte est que ce soit la porte ouverte au prosélytisme.»

Eliel CruzUne fois par semaine, Protestinfo propose un article d’opinion.
Le blogueur pour l’agence de presse américaine Religion news service, Eliel Cruz, un adventiste bisexuel, explique comment il a été mis à l’écart de sa communauté.

Photo: Eliel Cruz © RNS

Je dois me forcer à aller à l’église. Le samedi matin, alors que les adventistes, comme moi, respectent le sabbat, je reste longtemps au lit. Parfois, je me replie sur moi et je ferme les yeux. D’autres fois, je me force à me lever et me prépare, physiquement et mentalement, à y aller.

Des déléguées adventistesLa 60e session de la Conférence générale de l’Eglise adventiste du septième jour s’est déroulée du 2 au 10 juillet dernier à San Antonio, avec à l’ordre du jour la question controversée de la consécration des femmes. Le vote de mercredi barre, pour au moins cinq ans, l’accès des femmes au pastorat.

Photo: Des déléguées lors de la Conférence © Bryant Taylor/NAD/RNS

Par Adelle M. Banks (RNS/Protestinter)

Les sessions de la Conférence générale de l’Eglise adventiste ont lieu tous les 5 ans et réunissent les 13 régions administratives de l’Eglise de par le monde. C’est le lieu de l’élection des officiers de l’Eglise mondiale et du vote de changements éventuels de  la Constitution de l’Eglise. La 60e session s’est déroulée la semaine dernière au Texas et a rassemblé environ 2000 délégués et 70’000 participants au stade de l’Alamodome de San Antonio, parmi lesquels cette année François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, qui en était un invité spécial.


Pour lire cet article vous avez besoin de 1 credit(s), Acheter des crédits.

Page 1 sur 2
© 2019 Protestinfo