×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

argent dans la casserole CC(by)Windell Oskay via https://flic.kr/p/CrMsNPlusieurs organisations réformées, dont la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, appellent à voter oui le 28 février à l’initiative contre la spéculation sur les denrées alimentaires.

Photo: CC(by)Windell Oskay

«L’adage est connu: on ne joue pas avec la nourriture», conclut l’argumentaire en faveur de l’initiative contre la spéculation alimentaire, relayé par les Femmes protestantes en Suisse. De son côté, la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) dans une prise de position publiée par plusieurs Eglises réformées cantonales estime que «La spéculation sur les denrées alimentaires, comme le blé, le maïs ou le cacao, doit être soumise à des limites.»

Creation du monde Lucas Cranach«Il faut quand même avoir une sacrée dose de foi pour croire qu’un lapin, à force de courir, va finalement devenir guépard.» C’est à cause de cette pique que la députée vaudoise Fabienne Despot (UDC) est passée pour créationniste lors du dépôt de la réponse du Conseil d’Etat à l’interpellation sur les écoles privées chrétiennes (objet 27). Elle a immédiatement réfuté. Elle reste, par contre, opposée à légiférer pour empêcher les écoles privées de dispenser un enseignement créationniste. Interview

Image: «La Création du Monde», Lucas Cranach l’Ancien (1472-1553)

Propos recueillis par Joël Burri

Lors du débat au Grand Conseil, le député vert Martial de Montmollin vous a perçue comme créationniste. Vous vous en êtes vivement défendue.

Oui, j’ai dû reprendre la parole pour dire que je ne le suis pas. Toutefois, étant chrétienne, il est pour moi évident que la Création ne s’est pas faite sans un esprit supérieur. Mais c’est une question de foi, je ne mets pas ça sous l’aspect théorique.

Le camp installé dans la salle de paroisse en mars 2015. ©jobLa plainte des autorités cantonales de l’Eglise réformée vaudoise contre le collectif R, qui occupe depuis une année un temple du centre de Lausanne, a été jugée irrecevable. Dans le même temps, le Conseil de Saint-Laurent-Eglise vient à son tour de demander le départ du collectif.

Photo: Le camp installé dans la salle de paroisse en mars 2015.

Par Joël Burri

Le Conseil synodal (exécutif) de l’Eglise évangélique réformée du Canton de Vaud (EERV) n’est pas légitime pour demander l’expulsion de l’église Saint-Laurent. C’est ce qu’a jugé le Tribunal d’arrondissement de Lausanne, selon Le Courrier. La Cour a donc déclaré irrecevable la plainte déposée fin octobre par le Conseil synodal, pour obtenir l’évacuation de l’église occupée depuis le 8 mars 2015 par le Collectif R qui regroupe des militants et des migrants frappés de décision de renvoi Dublin.

Affiche annonçant un débat aux TerreauxA l’aube d’une votation fédérale visant le durcissement des lois envers les étrangers, l’Espace culturel des Terreaux organise un débat, réunissant politiciens et philosophes, sur les valeurs défendues par la démocratie et l’Etat de droit.

Par Laurence Villoz

Alors que les citoyens suisses devront se prononcer le 28 février prochain sur l’initiative populaire fédérale de mise en œuvre «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels», déposée par l’UDC, «il y a un réel enjeu actuellement de réfléchir au sens de la démocratie», lâche le philosophe et théologien, Jean-Marc Tétaz. «Le respect de la démocratie consiste-t-il uniquement à donner le plein pouvoir au peuple même si ses décisions sont en contradiction avec des principes constitutionnels qu’il a lui-même adoptés?»

table ronde chretiens de gauche

Le repli sur soi trouve son origine dans le même refus d’une société qui change. Cette difficulté à laquelle chacun de nous doit faire face alimente les succès électoraux des partis de droite radicale, comme la ghettoïsation de certaines minorités. C’est ce qui ressort d’une journée de réflexion sur les enjeux de la multiculturalité organisée par les chrétiens de gauche.

Photo: une table ronde a conclu la journée avec, de gauche à droite, Laurent Bonnard, modérateur, Cécile Ehrensperger, cheffe a.i. du service Jeunesse et cohésion sociale de la ville d’Yverdon, Ada Marra, conseillère nationale socialiste, Lionel Imhof, responsable du projet «multiculturalité» de la Police de Lausanne et Sandrine Ruiz, vice-présidente de l’Union vaudoise des associations musulmanes.

Par Joël Burri

«Quelle est la dernière fois que vous vous êtes sentis étrangers», c’est cette question qu’a posé la pasteure Hélène Küng, directrice du centre social protestant — Vaud, samedi à Yverdon-les-Bains, lors de la méditation ouvrant la journée de réflexion des chrétiens de gauche romands, nouveau nom de la fédération romande des socialistes chrétiens. Et de citer quelques exemples de ces moments où elle s’est sentie étrangère: «la première fois que j’ai rencontré la famille de mon futur mari dans la Broye, moi la Lausannoise fleure bleue et drapeau rouge.»

Gilles Kepel ©Aline JaccottetInvité par le quotidien Le Temps, le spécialiste de l’islamisme Gilles Kepel a donné mercredi 27 janvier une conférence à la Maison de la Paix à Genève. Dans une salle pleine à craquer, le professeur de Science Po a livré trois pistes pour faire face au djihadisme.

Par Aline Jaccottet (texte et photo)

Son intervention, dense, émaillée d’anecdotes et de traits d’humour, a duré une heure et demie. Parfaitement à l’aise, multipliant les bons mots et les anecdotes, Gilles Kepel a esquissé quelques réflexions face à cette question cruciale: «Comment lutter contre le djihadisme?»

© 2019 Protestinfo