×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Christoph NeuhausLe gouvernement bernois a mis en consultation un projet de nouvelle loi sur les Eglises nationales. Les ministres du Culte seront désormais engagés par leur Eglise respective, mais le canton garantira un financement identique.

Par Joël Burri

«C’est une évolution, pas une révolution», a commenté vendredi le conseiller d’Etat Christoph Neuhaus, directeur de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne. Grand changement prévu par ce projet: les ministres des trois Eglises nationales (réformés, catholiques romains et catholiques chrétiens) seront employés par leur Eglise. Le canton n’aura également plus son mot à dire sur la répartition territoriale des postes.

«Au XVIe siècle, le jeûne était une pratique pénitentielle visant à se réconcilier avec la providence face aux manifestations de sa colère qu’étaient les grands fléaux de l’époque, en particulier la guerre et la maladie», rappelle l’historien Christian Grosse. Les gravures de Jacques Callot (1592-1635) dépeignent les misères de la guerre de Trente Ans.  Initié pour célébrer un consensus national au moment où celui-ci était encore fragile, le jeûne fédéral reste aujourd’hui encore une fête œcuménique, mais il souffre de la concurrence avec la fête nationale.

Image: «Au XVIe siècle, le jeûne était une pratique pénitentielle visant à se réconcilier avec la providence face aux manifestations de sa colère qu’étaient les grands fléaux de l’époque, en particulier la guerre et la maladie», rappelle l’historien Christian Grosse. Les gravures de Jacques Callot (1592-1635) dépeignent les misères de la guerre de Trente Ans. 

Par Joël Burri

Mis à part le canton de Genève qui organise cette fête une dizaine de jours avant, les Suisses célébreront ce dimanche le Jeûne fédéral. Si dans certains cantons un jour férié est accordé le lendemain, ce n’est probablement pas pour se remettre de cette journée de pénitence dont la pratique tend à se réduire. «Depuis 4 ou 5 ans, il n’y a plus de message œcuménique à l’occasion du Jeûne fédéral, mais plutôt pour le 1er Août», note Walter Muller, porte-parole de la Conférence des évêques qui justifie «Nous ne voulions pas interférer avec les pratiques cantonales.» Le pasteur Serge Molla, responsable de l’Office société et Eglise de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud déclare quant à lui: «J’ai parfois des discussions avec des collègues invités par les autorités pour la fête nationale. D’ailleurs, depuis quelques années, notre office fait une proposition de texte à cette occasion. Mais le jeûne fédéral, c’est quelque chose dont on ne parle pas.» Instituée par la Haute Diète le 8 août 1832, cette journée de pénitence est, de fait, plus ancienne que la fête nationale qui n’a été décidée qu’en 1889.

Lucia Dahlab, DREn 2010, Lucia Dahlab était à Genève la première musulmane voilée à entrer chez Les Verts. Née dans la Genève internationale, avec des parents qui l’ont baptisée catholique et élevée dans la tolérance et le respect de l’autre, cette mère de famille et enseignante de 50 ans s’est convertie à l’islam en 1990. Comment concilie-t-elle appartenance religieuse et engagement politique? Interview.

Photo: Lucia Dahlab ©Aida Agic Noël

Par Carole Pirker

Qu’est-ce qui prime pour vous, votre appartenance religieuse ou partisane?

En politique, c'est clairement l'appartenance à mon parti qui est centrale. Et je m’étonne lorsque j’entends aux informations «Va-t-on élire un musulman?», à propos de Sadiq Khan, l’élu d’origine pakistanais à la mairie de Londres. Pourquoi ne dit-on pas d’abord qu’il est représentant du parti travailliste? C’est lorsque nous ne mettrons plus en avant, comme c’est encore souvent le cas aujourd’hui, le genre féminin, certaines religions ou la couleur de la peau, que l’on pourra parler d'une vraie normalisation, sans instrumentalisation de ce genre d’aspects au détriment de l’appartenance politique.

Un crucifix devant une école à Saint-Rémy-de-Provence CC(by-nc-nd) Jan Buchholtz via https://flic.kr/p/pkzsGQUn groupe Facebook et bientôt un site web sont mis en place pour débattre des enjeux autour de de la neutralité religieuse de l’Etat et mettre en relation les militants pour la laïcité des différents cantons.

Photo: Un crucifix devant une école à Saint-Rémy-de-Provence CC(by-nc-nd) Jan Buchholtz

Par Joël Burri

«Nous vivons actuellement des attaques médiatiques puissantes pour faire passer la laïcité pour antireligieuse», regrette Marco Polli, enseignant retraité lors d’un point presse consacré à la création du Réseau laïque romand. Il donne comme exemple les multiples interventions d’Hani Ramadan. Yves Scheller, porte-parole de la Coordination laïque genevoise, rappelle que jusqu’en 2011 existait une Association suisse pour la laïcité. La majorité de ses membres étant genevois, celle-ci s’est repliée sur le bout du lac au moment où commençaient les discussions qui ont amené au projet de Loi sur la laïcité actuellement débattu.

embryon 8 cellules CC(by-nc-nd)Wellcome Images via https://flic.kr/p/9RM1TDLa question du diagnostic préimplantatoire sera à nouveau soumise au verdict des urnes, le 5 juin prochain. Les Eglises recommandent de refuser la modification de la loi fédérale sur la procréation médicalement assistée. La campagne des opposants sera lancée vendredi.

Photo: un embryon au stade de huit cellules. CC(by-nc-nd)Wellcome Images

Par Joël Burri 

Dans le cadre d’une fécondation in vitro, doit-on ou non autoriser les milieux médicaux à procéder à des tests permettant de détecter certaines anomalies génétiques afin de choisir l’embryon qui sera implanté? Les votants ont répondu à cette question par l’affirmative à près de 62% en juin passé. Ils devront pourtant retourner aux urnes sur cette même thématique le 5 juin prochain. Comme l’an passé, les Eglises recommandent le non.

David Owen photo:©Joël BurriAncien secrétaire anglais aux affaires étrangères, David Owen pense que l’on n’a jamais été aussi proche d’un embrasement du conflit syrien en guerre mondiale. Il livrait son analyse mardi dans les locaux du Conseil œcuménique des Eglises.

Par Joël Burri/Emmanuelle Jacquat

«La situation en Syrie est périlleuse», soutient David Owen, ancien secrétaire des affaires étrangères du Royaume-Uni et membre du Parlement anglais de 1966 à 1992. «On a longtemps craint qu’une intervention de l’OTAN dans la crise syrienne conduise à une guerre mondiale, et ce moment est plus proche que jamais.»

© 2019 Protestinfo