×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 395
×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

julien GELe 28 août 1963, le pasteur afro-américain Martin Luther King bouleversait les Etats-Unis avec son célèbre discours « I have a dream ». Cinquante ans plus tard, ses « rêves » se sont en partie réalisés. Qu’en est-il des utopies aujourd’hui? Le Genevois Julien Cart (photo: Helena de Freitas), politicien engagé pour la décroissance et l’écosocialisme, dévoile ses « rêves » à ProtestInfo.

Par Laurence Villoz

Pour célébrer les cinquante ans de « I have a dream », ProtestInfo s’interroge sur la place de l’utopie dans la société actuelle. Trois personnes issues des milieux politique, religieux et littéraire présenteront leur « utopie ». Le premier volet est consacré à un politicien genevois, conseiller municipal (législatif) de la ville de Genève et éducateur spécialisé. Engagé pendant cinq ans auprès des Verts genevois, le jeune homme de 30 ans a décidé de faire cavalier seul depuis le début de l’année.

Chevre« Offrez une chèvre à votre belle-mère! » L’Entraide protestante suisse (EPER) propose une quarantaine de cadeaux surprenants qui soutiennent les pays du Sud. A Lausanne, un marché de Noël solidaire a lieu du 13 au 15 décembre.

Pour la cinquième année, l’EPER met en avant le concept du cadeau à « double effets ». Il s’agit de faire plaisir à un proche tout en soutenant les pays du Sud.

IMG_2239_L'ONG internationale Point-Cœur forme et envoie des jeunes volontaires dans les quartiers les plus démunis de villes d'Amérique du Sud, d'Asie ou d'Europe. Reportage à Deva, en Roumanie, sur les traces d'une Valaisanne de 20 ans. (photos A.-S. M.)

Par Anne-Sylvie Mariéthoz

Les cheminées de la thermocentrale barrent l’horizon du petit village de Mintia (Transylvanie). Comme beaucoup d’usines héritées de l’ère communiste, elle n’occupe plus qu’une petite partie du personnel employé autrefois. Mais les tsiganes, forcés d’y travailler à l’époque, habitent encore les baraquements ouvriers. Cent fois transformés avec des moyens de fortune, ces abris offrent une image de bric-à-brac insolite, qui contraste avec les maisons du village.

covercampagne2012DM-échange et mission et l'Entraide protestante suisse (EPER) veulent combattre l'insécurité alimentaire en Afrique et en Amérique du Sud. Focale de la campagne, qui court de septembre à novembre: les petits cultivateurs du Cameroun et du Honduras.

 

DM-échange et mission et l'EPER veulent améliorer la qualité et la quantité des récoltes, font-ils savoir dans un communiqué commun. Des paysans africains et sud-américains recevront une formation, du matériel et des semences. But visé par les oeuvres d'entraide pour cette campagne, baptisée « Si on semait »: une vie digne et autonome.

d_2658_355_355_90_1326381146L'organisation catholique Action de Carême a reçu davantage de dons privés l'an dernier qu'en 2010. Mais les legs et les contributions des collectivités publiques ont connu un léger recul. L'oeuvre d'entraide fêtait ses 50 ans en 2011. (Photo: ©Action de Carême, JC Gadmer)

 

En 2011, les dons privés se sont élevés à 16 millions de francs, indique Action de Carême dans un communiqué. Le produit total s'élève à 21 millions, en recul de 632 000 francs par rapport à 2010. Sur cette somme, l'organisation a investi 20,2 millions de francs dans des projets, soit 90 centimes pour chaque franc reçu.

marche_noel-solidaire-fedevaco-socioculturel-Pole-Sud-Lausanne_02Du bonnet péruvien à l'huile d'olive de Palestine en passant par des châles népalais : trente associations actives dans les pays du Sud vendent de l'artisanat jusqu'à demain au Flon, au centre de Lausanne. En 2010, près de 29 000 francs avaient été récoltés lors du Marché de Noël solidaire de la FEDEVACO.

« Les bénéfices des ventes sont reversés par chaque association à ses propres activités ou à des actions solidaires de son choix », explique Fabio Cattaneo, animateur socioculturel à Pôle Sud. Le centre socioculturel lausannois accueille depuis jeudi et jusqu'à demain le 5e Marché de Noël* de la Fédération vaudoise de coopération (FEDEVACO), peut-on lire dans le communiqué.

© 2019 Protestinfo