×

Message

Failed loading XML...

Colloque sur Madame GuyonMystique française du XVIIe siècle, emprisonnée pour ses écrits, Madame Guyon a développé une spiritualité d’une extrême singularité pour l’époque. A l’occasion du tricentenaire de sa mort, l’Institut romand de systématique et d’éthique organise un colloque international du 23 au 25 novembre, à l’Université de Genève.

Par Laurence Villoz

Jeanne-Marie Bouvier de la Motte (1648-1717), mieux connue sous le nom de Madame Guyon, a fait preuve d’une indépendance intellectuelle inouïe revendiquant une liberté d’expression dans sa vie religieuse et sociale. Auteure de plusieurs ouvrages, cette mystique française catholique et laïque sous le règne du Roi soleil a développé une théorie spirituelle qui lui a valu sept années d’emprisonnement à la Bastille. A l’occasion du tricentenaire de sa mort, l’Institut romand de systématique et d’éthique (IRSE) propose un colloque sur sa vie et son œuvre, du 23 au 25 novembre à l’Université de Genève. Rencontre avec Ghislain Waterlot, professeur de philosophie de la religion et d’éthique, et Mariel Mazzocco, collaboratrice scientifique, tous deux à l’origine de cet événement.

pluralisme mains CC(0) pixabay via https://pixabay.com/fr/commune-commune-fran%C3%A7aise-diversit%C3%A9-1300520/De l’observation de terrain à la création d’outils pratiques, l’Eglise réformée vaudoise a ouvert un vaste chantier pour répondre à une question aussi ancienne que le christianisme: intégrer les différences de convictions dans la vie communautaire.

Par Joël Burri

Comment vivre la diversité des sensibilités au sein d’une communauté ecclésiale? Le pasteur Jean-François Habermacher a été mandaté par le Conseil synodal (exécutif) pour travailler cette problématique. Avec un groupe de travail, il a lancé au début de l’année un questionnaire sur ce thème. Mardi 14 novembre, il a présenté à un groupe d’intéressés les premiers enseignements de cette recherche et lancé une deuxième phase de ce travail: les études de cas.

Eglises / 15 novembre 2017 - 09:15

Brèves

Aide d’urgence de l’EPER en Irak
Crans-Montana inaugure son temple rénové
Prise en compte des revendications de l’initiative «multinationales responsables»
Exposition sur Charles de Foucauld

Le synode s’est réuni dans la salle du grand Conseil valaisanLe baptême se vit en principe lors d’un culte de la communauté et les pasteurs ne pourront plus octroyer de dérogation sans en référer au Conseil de paroisse. Telle est la décision, en première lecture, du Synode réformé valaisan.

Photo:  Le synode s’est réuni dans la salle du grand Conseil valaisan.

Par Joël Burri

Organiser une cérémonie de baptême le samedi pour permettre de réunir une famille éparpillée dans toute l’Europe ou la faire se dérouler dans une chapelle familiale, cela restera possible, mais le Synode réformé valaisan, réuni samedi dans la salle du Grand conseil à Sion, a tenu à rappeler que les dérogations doivent rester exceptionnelles. Car la règle reste qu’un baptême se vit avec l’assemblée des croyants, donc lors d’un culte de la communauté. L’organe délibérant de l’Eglise réformée évangélique du canton du Valais (EREV) a ainsi durci, en première lecture, les articles concernant le baptême dans sa Constitution. Une deuxième lecture sera nécessaire.

Vue de Sonvilier depuis les ruines du Château d’Erguël. CC(by-sa) Хрюша via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sonvilier_01_10.jpgLe Synode jurassien des Eglises réformées s’est réuni samedi 11 novembre à la salle communale de Sonvilier.

Photo: Vue de Sonvilier depuis les ruines du Château d’Erguël. CC(by-sa) Хрюша 

Par Nicolas Meyer

En marge du Synode jurassien des Eglises réformées et des Assemblées générales du Centre de Sornetan et du Centre social protestant (CSP), samedi 11 novembre, une présentation du point de rencontre et de conseils de Bienne pour personnes sans-papiers et requérants d’asile exclus de l’aide sociale a été faite par Sylviane Zulauf Catalfamo. L’accueil se fait chaque mercredi après-midi. Des bénévoles préparent un goûter et distribuent des denrées alimentaires. Le service de consultation pour sans-papiers de Berne propose des entretiens individuels. Un espace neutre pour ces personnes qui vivent dans la crainte permanente d’être arrêtées et renvoyées dans leur pays. Depuis plusieurs années, on assiste à une augmentation des sans-papiers établis dans le Jura bernois. Ces personnes très discrètes se débrouillent tant bien que mal en travaillant au noir dans la restauration ou en faisant des ménages. Leur situation se complique si elles veulent se marier, si elles ont des enfants ou si elles désirent les scolariser. La collecte du culte synodal était destinée à soutenir le point de rencontre.

Visuel du cycle de conférence "tout peut (encore) changer" DRMouvements citoyens, alimentation, éducation, écologie… «Tout peut (encore) changer»! Un cycle de sept conférences explorera la transition vers de nouveaux paradigmes viables, dès le 14 novembre au Casino de Montbenon, à Lausanne.

Par Joël Burri et Laurence Villoz

«Ce à quoi l’on est appelé, c’est à un changement culturel. Notre société doit changer son système de valeurs afin de viser des idéaux qui permettent un mode de vie durable», explique le sociologue Michel Maxime Egger, responsable du laboratoire «transition intérieure» de Pain pour le prochain (PPP). Et pour ce spécialiste, la transition écologique est l’un des principaux, si ce n’est le défi de notre temps.

© 2018 Protestinfo