×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Genève - En Suisse, plus de 80% des personnes rendent leur dernier souffle à l’hôpital ou en EMS. Mais si elles avaient le choix, près des deux tiers d’entre elles préféreraient mourir à la maison, selon un sondage de l’Organisation Mondiale de la Santé. Avec le projet genevois « La maison de Tara », ce souhait pourrait devenir réalité.

Souvent les personnes en fin de vie sont transportées à l'hôpital pour franchir la dernière étape, constate Anne-Marie Struijk, directrice de la Fondation de la Maison de Tara. Actuellement, grâce au développement des soins à domicile, les personnes peuvent rester plus longtemps à la maison. Mais ni le personnel de soins à domicile, ni les bénévoles ne sont en mesure de rester 24 heures sur 24 pour veiller une personne dans ses dernières heures. C'est pour cette raison et non pour des motifs médicaux que la personne proche de la mort sera finalement transportée à l'hôpital.

pageCS_1
Gabriel Bader (DR)
Neuchâtel – Les entreprises touchées par la crise vont couper dans leurs contributions ecclésiastiques. Des mesures de crise temporaires ont été adoptées mercredi par le synode de l'Eglise réformée neuchâteloise (EREN). Le Centre social protestant est le premier touché et voit sa subvention baisser de 200 000 francs.

Après deux années aux budgets équilibrés, l'EREN prévoit un déficit de 340 500 francs l'an prochain, soit 3,7% du budget total. Sur un budget de 9,2 millions de francs prévu pour 2010, la diminution de la contribution ecclésiastique est estimée à 700 000 francs par rapport à 2009, peut-on lire dans les documents soumis au synode.

 

Les prestations du CSP pas touchées

"Les prestations du Centre social protestant (CSP) ne seront pas touchées en 2010", a assuré à ProtestInfo Pierre Borer, directeur du CSP neuchâtelois. Mais il ne peut pas donner d'assurance si cette mesure devait se prolonger au-delà. Le canton vient cette année à la rescousse du CSP tandis que l'organisation peut également s'appuyer sur ses propres ressources.

getimage
Cathédrale de Lausanne © Régis Colombo
Lausanne - Les réformés vaudois restent bien ancrés dans la société civile, mais l'Eglise réformée vaudoise (EERV) va réduire la voilure et faire passer ses 330 salariés à la caisse. Après avoir quitté le giron de l'Etat, l'EERV prend ses marques face aux autres communautés religieuses. A titre d'institution de droit public, elle vient de recevoir une subvention du canton pour les cinq prochaines années.

L'EERV s'est vue attribuer une subvention annuelle de 35,5 millions de francs après la convention signée lundi matin entre le conseiller d'Etat Philippe Leuba, Esther Gaillard et Xavier Paillard,  présidente et vice-président de l'EERV. Ce montant est légèrement inférieur aux sommes allouées précédemment. Cela s'explique surtout par l'accord signé en 2008, qui prévoit le transfert d'un million et demi de francs aux catholiques d'ici 2014.

Muenster
Cathédrale de Berne

Berne - Les communautés religieuses non-chrétiennes pourront désormais utiliser les temples et les bâtiments paroissiaux de l'Eglise réformée du canton de Berne. Le synode, en session d'hiver, a également fait entrer dans ses textes le lien avec le judaïsme et la nécessité du dialogue interreligieux. Les dispositions seront définitivement adoptées en deuxième lecture en 2010.

Par ProtestInfo

Les chrétiens ne sont pas seuls sur le chemin de la quête spirituelle. L’Eglise réformée Berne-Jura-Soleure (refbejuso), la plus grande de Suisse, a décidé de prendre au sérieux cette réalité multireligieuse. « Dans la recherche du sens à donner à la vie (…), l’Eglise se sait liée aux autres religions au-delà des limites du christianisme », annonce le nouvel article du règlement ecclésiastique réformé bernois.

Le Conseil suisse des religions, la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) et la Conférences des évêques suisses s'inquiètent pour la cohésion sociale et l'intégration des musulmans en Suisse après le vote dimanche interdisant la construction de minarets. Ce vote dicté par la peur peut menacer la liberté de croyance, estime l'Eglise réformée vaudoise.

Pour le Conseil suisse des religions (CSR), le oui à l’initiative anti-minarets manifeste une incertitude largement répandue dans la population. Les efforts en matière d’intégration doivent être renforcés de toutes parts. Le CSR s’engage pour des mesures concrètes.

Le Conseil suisse des religions regrette la décision des Suisses, qui ne résout aucun problème. Ce vote ne doit toutefois pas être instrumentalisé et considéré comme une attitude anti-islamique. Le respect des libertés fondamentales, le dialogue avec la population musulmane et la voie de l’intégration sont les pistes privilégiées par le CSR.

rousseau2-1Genève se reconnaît davantage dans Rousseau que dans Calvin. La ville du bout du lac est l'instigatrice des festivités qui seront organisées en 2012 pour les 300 ans du philosophe. A l'inverse, l'association Calvin a dû se démener pour obtenir un soutien de la ville et du canton.

Par Gabrielle Rivier et Tania Buri

Avec Calvin, la réaction du milieu politique genevois à gauche comme à droite a d'abord été « laïcarde », a expliqué à ProtestInfo Michèle Künzler, la nouvelle élue verte au Conseil d'Etat genevois. Les députés et autres élus n'ont pas voulu voir dans un premier temps ni la dimension culturelle et internationale de l'événement, ni l'impact réel de Calvin sur le développement de Genève, a-t-elle expliqué.

Or Rousseau, qui a actuellement les faveurs des politiques, n'a pas non plus toujours été aimé de Genève. Son livre « Le contrat social » y a été brulé. Un peu plus tard, au début des années 1900, une statue du philosophe n'y était pas la bienvenue. Au final, celle-ci a été placée sur l'île touchant le pont des Bergues. « Elle est tournée du côté du lac et Rousseau regarde au loin et non la ville, ce qui est révélateur », a souligné Mme Künzler.

© 2018 Protestinfo