×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 395
×

Message

Failed loading XML...

DSC_0312
L'orgue légendaire de Valère, SR
L'une est Valaisanne et catholique, l'autre Vaudois et protestant. Actifs dans leur canton respectif, Véronique Dubuis et Samuel Haury vibrent tous deux de la passion pour l'orgue, cet instrument millénaire. Portraits croisés.

«Pour jouer ici, il faut des petits doigts et maîtriser l'octave courte! » Et le courage d'y monter, pourrait-on ajouter. Avec ses collègues Jean-Jacques Gramm et Edmond Voeffray, Véronique Dubuis fait vivre le plus vieil orgue jouable au monde. Depuis 1435, l'instrument, plusieurs fois restauré depuis, trône dans l'église de Valère, sur les hauteurs de la capitale épiscopale du Valais.

DSC_0253
Mgr Barrigah, 2e depuis la gauche
Au Forum de Caux, Mgr Nicodème Barrigah, évêque togolais, a détaillé les ambitions – et les limites – de la commission vérité, justice et réconciliation qu'il préside depuis une année. Elle est chargée de faire toute la lumière sur le passé trouble de ce pays de l'Ouest africain.

Par Samuel Ramuz

1958-2005: quarante-sept ans de vie politique au Togo à passer au peigne fin. Voilà la délicate tâche dévolue à la commission vérité, justice et réconciliation en place depuis juin 2009 dans ce petit pays africain en proie aux dérives politiques à répétition depuis son indépendance, en 1960. « C'est la période la plus longue sur laquelle ait porté la travail d'investigation d'une telle instance », a précisé à ProtestInfo Mgr Nicodème Barrigah, son président.

Le dignitaire catholique prenait part à un atelier dédié à la réconciliation nationale à Caux-sur-Montreux, repaire estival de l'ONG Initiatives et Changement. Son 3e Forum pour la sécurité humaine a pris fin le 16 juillet (lire ci-dessous).

sidebarUn an après son baptême protestant, Nina Hagen sort un album gospel et reprend un des titres-phare de Depeche Mode, « Personal Jesus ». Première femme à s'essayer sur ce thème, elle marche sur les traces de Johnny Cash ou Marilyn Manson pour ne citer que les chanteurs qui ont produit les versions les plus abouties.

« Personal Jesus », cette chanson écrite par Martin Gore de Depeche Mode et incarnée par Dave Gahan sur l'album Violator, sorti en 1989, ne cesse d'être reprise. Les motifs religieux reviennent-ils à la mode, dont Jésus est une des icônes préférées? Ebauche de réponse avec Christophe Schenk, journaliste culturel à l'Hebdo.

Depeche Mode, le groupe new wave anglais, ne s'est pas converti avant d'écrire « Personal Jesus ». On se retrouve là, selon Christophe Schenk, face à l'un des thèmes de prédilection de Martin Gore, soit la foi, non pas prise dans le cadre d'une religion en particulier, mais selon un rapport plus large au monde. Le "Jésus personnel" serait alors celui (ou celle) vers qui on peut se tourner dans les moments de doute ou de faiblesse.

L'album suivant de Depeche Mode, intitulé Songs About Faith And Devotion (chansons sur la foi et la dévotion), est aussi construit sur une trame religieuse. Un titre comme « Walking in my shoes » évoque le pêché et le pardon, des sujets récurrents chez Martin Gore. Sur le même album, Dave Gahan chante « Condamnation » comme un gospel. Si « Personal Jesus » est un bijou, l'album suivant, qui s'irrigue à la même source, est pourtant nettement moins convaincant.

conscration_clunyProfiter de l'été pour allier marche et spiritualité? C'est ce que font chaque année de nombreux pèlerins. Une exposition au Musée de Payerne leur rend hommage et met en lumière les liens étroits entre chemins de Jacques de Compostelle et sites clunisiens. Visite guidée.

Cluny, an de grâce 910. On pose la première pierre d'une abbaye bénédictine. De Bourgogne, le mouvement monastique essaime rapidement dans toute l'Europe occidentale.  « L'église fondatrice a quasiment disparu à la Révolution française, note John Ebutt, pasteur dans la Broye vaudoise et membre du comité d'organisation des festivités du 1100e anniversaire de l'ordre.

Mais Romainmôtier ou Payerne, parmi d'autres, sont des témoins éclatants de l'architecture clunisienne. » Le pierre d'angle du réseau monastique qui se constitue alors? La règle de Saint-Benoît: prière, travail manuel, autonomie face aux puissants du monde. Et accueil des étrangers.

BREVE: La Revue des Cèdres, la publication du Centre de formation d'adultes de l'Eglises protestante vaudoise à Lausanne, tente de démêler l'écheveau des fondamentalismes. Jean-François Habermacher, directeur de Cèdres Formation, l'écrivain Etienne Barilier et Thierry de Saussure, spécialiste de la psychologie des religions, pour ne citer qu'eux, montrent comment les traditions religieuses peuvent y faire face.

a-ydYvonne Delk, docteur en théologie, pasteure de la United Church of Christ et fondatrice du Chicago Center for African American Studies brosse sans complaisance le portrait d’une Amérique empêtrée dans un système qu'elle qualifie de "ségrégationniste". Yvonne Delk était la prédicatrice du culte d’unification de la Communion mondiale des Eglises réformées à Grand Rapids. Rencontre.

Propos recueillis par Aline Bachofner


AB: A 70 ans vous êtes docteure en théologie, première femme noire a avoir été ordonnée dans la United Church of Christ en 1974. Comment y êtes-vous parvenue?

YD: Lorsque je suis entrée au séminaire de la United Church of Christ, il n’y avait ni femmes, ni afro-américains parmi les professeurs. Il faut dire que je n’avais pas choisi un séminaire spécifiquement afro-américain, donc je n’aurais pas dû être étonnée. J’ai obtenu mon diplôme en 1963, juste quand Martin Luther King délivrait son message « I have a dream ».

Depuis, j’ai travaillé à l’enseignement de la théologie dans une perspective afro-américaine. Mais ce n’est qu’en 2003, alors que j’étais retraitée depuis 1998, qu’on m’a demandé de créer le Chicago Center for African American Studies. Le processus est donc toujours en marche.

© 2018 Protestinfo