×

Message

Failed loading XML...

affiche luther a tableLes propos de table de Luther inspirent un spectacle à voir en suisse romande dès jeudi. Les différentes facettes du réformateur entrent en dialogue: le pasteur, le docteur de la foi et le bouffeur de choucroute parfois grossier.

Par Joël Burri

«Alors que je faisais de la publicité pour le spectacle au marché, un type m’a dit “vous mangez avec Luther? Cela ne vous fait pas des indigestions?”», raconte le pasteur Virgile Rochat. Il est vrai que le réformateur a aussi ses côtés obscurs: propos grossiers et attaques virulentes envers les juifs, les musulmans ou les catholiques, émaillent les propos qu’il tenait à table. «C’est surprenant que son entourage ait jugé utile de noter ces débordements. Ils devaient juger que cela apportait de l’humanité au personnage», soulève Virgile Rochat.

Barnard Faure GVABernard Faure dirige le centre pour l’étude du bouddhisme et des religions en Asie orientale à l’Université Columbia à New York. Pour ce spécialiste du bouddhisme en extrême orient ainsi que du panthéon japonais oriental, les dérives du mindfulness vers une méditation édulcorée équivalent à l’ère spirituelle du Nutella.

Propos recueillis par Caroline Amberger

Le mindfulness ou méthode de réduction du stress (MBSR en anglais) a-t-il fait son entrée en religion dans un occident en perte de repères? La pleine conscience soulagerait-elle à la manière d’un placebo? Si aucune étude scientifique ne valide réellement tous les effets salvateurs qu’on lui attribue, le mindfulness est aujourd’hui victime de son succès. Décliné sous de nombreuses formes présentes jusque dans nos smartphones et nos entreprises, ce néo-bouddhisme ouvre la porte à toutes les dérives dans un prêt à penser consumériste. Bernard Faure lance l’alerte. Interview

Cette lettre que le frère de Guillaume Farel adressait au réformateur en septembre 1545 fait partie de la donation. SPLes archives historiques de la Société des pasteurs et ministres neuchâtelois intègrent définitivement les Archives de l’Etat de Neuchâtel. Conservé sous forme de dépôt depuis 1955, ce fonds vient de faire l’objet d’une donation. Un transfert de propriété qui, comme celui de la Bibliothèque des pasteurs en 2015, découle de la fermeture de la Faculté de théologie de l’Université de Neuchâtel.

Photo: Cette lettre que le frère de Guillaume Farel adressait au réformateur en septembre 1545 fait partie de la donation.

Par Nicolas Bringolf

Moins de deux ans après la donation de la Bibliothèque des pasteurs (BPa) à la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (BPUN), la Société des pasteurs et ministres neuchâtelois (SPMN) cède gracieusement ses archives historiques à l’Etat de Neuchâtel. Un acte qui assure la pérennité de ces trésors inestimables dans le canton, et ce en libre accès.

AperiCIP JURA protestantL’identité protestante d’un canton se mesure-t-elle au taux de remplissage d’une église? Plusieurs spécialistes ont débattu autour d’une table ronde à Tramelan ce mois d’avril.

Par Caroline Amberger

Si Florence Hostettler prêche parfois seulement devant 20 personnes cela ne la décourage pas. Cette étudiante en théologie et animatrice en paroisse à Bévilard assume l’idée de privilégier la qualité à la quantité. «Je n’ai pas besoin d’une église pleine à craquer. Si les personnes sont pleinement et librement là, qu’elles ressortent avec un souffle nouveau, même si c’est tout petit, pour moi, témoigner pour un brin d’herbe cela en vaut toujours la peine» assure-t-elle durant un débat autour de la question: «Le Jura bernois est-il encore protestant» à Tramelan.

Vitrail de l'église anglicane Saint-Jean-Baptiste-d'Ashfield en Nouvelle-Galles du Sud (Australie) via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:StJohnsAshfield_StainedGlass_GoodShepherd_Portrait.jpgProtestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres des rédactions de Médias-pro.

Joël Burri, rédacteur responsable de Protestinfo revient sur la «crise» des ressources humaines au sein de l’Eglise évangélique réformée vaudoise.

Image: Jésus, le Bon Berger. Vitrail de l’église anglicane Saint-Jean-Baptiste-d’Ashfield en Nouvelle-Galles du Sud (Australie)

Qu’un employeur qui compte plus de 300 employés se sépare de deux personnes en période d’essai: cela arrive et cela ne fait, en principe, pas l’objet d’articles dans la presse. Et même en précisant qu’au cours des trois dernières années une demi-douzaine d’autres cas sont à signaler, il n’y aurait, en principe, pas de quoi émouvoir le moindre journaliste. En plus, il faut bien admettre qu’en matière de traitement médiatique, il y a plus intéressant à traiter qu’une fin de contrat. Que dire, qu’écrire, quand d’un côté on a un employeur tenu à une certaine réserve afin de respecter la sphère privée de l’employé dont il se sépare alors que de l’autre, le travailleur éconduit a toute latitude à laisser entendre toute sorte d’accusations.

ITW PapNdiayeDans le cadre d’une série d’entretiens menés en marge du festival Histoire et Cité qui s’est tenu à Genève, nous avons eu l’occasion de poser quelques questions à Pap Ndiaye, spécialiste de l’histoire nord-américaine.

Le chercheur revient sur le rôle des Eglises noires sur la naissance du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. La foi des noirs américains a été une force d’émancipation, analyse-t-il.

© 2017 Protestinfo