×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Palexpo bâtiment CC(by-sa) Tomokazu Kitjaima via https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Geneva_Palexpo_-_panoramio.jpgLe chef de l’Église catholique romaine fait un grand geste œcuménique en venant à la rencontre du Conseil œcuménique des Églises. Mais la journée se termine par un moment de repli sur sa propre confession, une messe toute catholique romaine. Si les représentants des autres confessions chrétiennes y sont formellement invités, comment pourront-ils s’y sentir invités?

La halle de Palexpo dans laquelle se tiendra le show du pape. CC(by-sa) Tomokazu Kitjaima

Par Joël Burri

«Serai-je vraiment à ma place?», s’interroge le pasteur Blaise Menu au sujet du rôle qu’il tiendra durant la messe du pape à Palexpo, ce jeudi en fin de journée. Si le modérateur de la Compagnie des pasteurs et des diacres de Genève se réjouit de la participation de l’évêque catholique romain de Rome aux festivités des 70 ans du Conseil œcuménique des Églises (COE) dans une chronique publiée par La Tribune de Genève, il jette aussi un pavé dans la mare. «Je ne puis m’empêcher de m’interroger sur le sens de la messe qui viendra clore cette journée: n’est-ce pas un signe contradictoire?», écrit Blaise Menu. «Il est sûr que Genève vaut bien quelques précautions. Sans quoi je crains qu’au terme de cette belle journée estivale, le plaisir de la célébration ne soit que solitaire, fut-il vécu avec ferveur par des milliers.»

FEPS Schaffhouse 2electurePour la première fois, les réformés de Suisse devraient former une Église nationale, d’ici 2019. Réunis à Schaffhouse du 17 au 19 juin, les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse ont terminé la révision de la nouvelle Constitution.

Par Laurence Villoz

«Il y a cinq ans quand j’ai parlé d’avoir une seule Église, les délégués ont rigolé. Mais nous avons pu construire ensemble une unité de manière réformée, nous avons créé notre propre ecclésiologie. Jusqu’à maintenant, les Églises étaient centrées sur le niveau cantonal, mais cela pourrait changer», explique Gottfried Locher, président du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Réunis en assemblée du 17 au 19 juin à Schaffhouse, les délégués de la FEPS ont terminé la deuxième lecture de la nouvelle Constitution. En décembre prochain, elle sera soumise à un vote final sans possibilité de modifications. Si elle est approuvée, elle entrera en vigueur début 2019.

Le siège de l’EERV, au chemin des Cèdres à LausannePrès de trois jours après avoir demandé le huis clos pour débattre «dans la sérénité» de la gestion 2017 de l’Église, le Bureau du synode transmets quelques informations sur ce point.

Par Joël Burri

«Le Conseil synodal a entendu les inquiétudes de la Commission de gestion et du Synode et ne songe pas à régler les problèmes par des licenciements. Il s’engage donc à éviter de procéder à des licenciements durant la dernière année de la législature.» Cette déclaration du Conseil synodal (exécutif) transmise par le Bureau du Synode (organe délibérant) a été transmise dans une newsletter à l’ensemble du personnel et des personnes engagées dans l’Église évangélique réformée du Canton de Vaud (EERV).

Le patriarche œcuménique Bartholomée durant sa prédication à l'occasion des 70 ans du COE à Genève Le patriarche œcuménique de Constantinople a prêché dimanche à l’occasion du culte marquant le septantième anniversaire du Conseil œcuménique des Églises.

Par Joël Burri

«Le Conseil œcuménique des Églises (COE) a été fondé dans le but de promouvoir l’unité des chrétiens. Malheureusement, depuis sa fondation, de nombreux clivages et difficultés imprévues sont survenus», a reconnu le patriarche œcuménique Bartholomée, dimanche à Genève. C’est lui qui a été invité à prêcher durant cette célébration marquant les 70 ans du Conseil œcuménique des Églises.

FEPSLa nouvelle procédure d’asile qui entrera en vigueur en mars 2019 demandera une plus grande présence d’aumôniers. Pour y répondre, la Fédération des Églises protestantes de Suisse augmente son soutien de 70'000 francs.

Par Laurence Villoz

«Prendre soin de l’âme, voilà en quoi consiste la tâche des aumôniers dans les centres fédéraux», explique Esther Gaillard, vice-présidente du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Lundi 18 juin, les délégués de la FEPS, réunis à Schaffhouse, ont décidé, à l’unanimité, d’augmenter leurs contributions pour l’asile, passant de 350'000 francs à 420'000 francs. Depuis 1999, les Églises membres de la FEPS participent à un «financement solidaire» qui doit être rediscuté à chaque nouvelle législature. Pour la période de 2019 à 2022, les délégués ont non seulement accepter de le poursuivre, mais également de l’augmenter de 70'000 francs en raison de la restructuration du domaine de l’asile.

Synode Pully ChamblandesUne majorité de l’organe exécutif de l’Église réformée imposerait une ligne sans s’entourer des responsables d’offices, de services ou de régions. La minorité du Conseil synodal serait quant à elle réduite au silence par le principe de collégialité. Une règle que le Conseiller synodal John Christin a fait voler en motivant longuement sa démission surprise, à un an de la fin de la législature.

Par Joël Burri

Coup de théâtre au Synode (organe délibérant) de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV), réuni vendredi 15 et samedi 16 à Pully. Le premier jour, juste avant la pause, le membre du Conseil synodal (exécutif) John Christin demande la parole. Alors que tout le monde s’attend à une information pratique ou une annonce d’évènement, le conseiller visiblement ému, lit un long texte à la fin duquel il annonce sa démission avec effet immédiat faute de pouvoir «cautionner» les décisions récentes de l’exécutif. «Je regrette que cette discussion se passe dans ce cadre», a commenté la présidente du Synode Sylvie Arnaud, fâchée par ce procédé, après le départ du démissionnaire. Elle a ensuite proposé que les éléments soulevés par John Christin, en partie évoqués également par la commission de gestion dans son rapport, soient discutés le lendemain au moment du débat sur la gestion 2017. Un point pour lequel le bureau du Synode a finalement prononcé un huis clos excluant de la salle le public, les journalistes et les employés de l’administration centrale de l’EERV à l’exception du Conseil synodal.

© 2018 Protestinfo