×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
  • 14 février 2019 - 11:31
  • Joël Burri 3872 signes
Spiritualité

La Saint-Valentin, les réformés la fêtent aussi

Soirée de la Saint-Valentin ou culte avec les couples le dimanche précédent ou suivant, la fête des amoureux se fait sa place chez les protestants.

Par Joël Burri

«L’idée c’est que l’Église soit capable de se réjouir sans restriction du bonheur des gens d’être amoureux», explique le pasteur vaudois Christophe Reymond. Le 17 février à Crissier, il célèbrera un culte spécial pour la Saint-Valentin. «J’ai eu quelques remarques de personnes qui me demandaient ce que cette fête avait à voir avec l’Évangile», avoue-t-il, mais pour lui c’est une évidence «l’Église valorise le plaisir et même la sexualité! Et ce n’est malheureusement pas l’image qu’elle a dans la population.»

Pasteur à Savigny-Forel (VD), Benjamin Corbaz ajoute: «Notre Église doit être en phase avec la société et cela implique d’être à l’écoute de ce que vivent les gens!» Car si les réformés s’emparent de la Saint-Valentin, ce n’est pas l’appropriation d’une fête catholique, mais bien la volonté d’être présent lors de ce qui est devenu, une fête séculière. «C’est un peu comme Noël, sourit la pasteure genevoise Carolina Costa. Ce genre de fête est typiquement le genre de situation où nos Églises doivent passer du calendrier liturgique au calendrier séculier.» Christophe Reymond résume: «quand un évènement se vit dans la société, l’Église ne doit pas se priver de proposer quelque chose avec sa propre couleur. C’est aussi l’occasion d’offrir des cultes ouverts à des personnes qui ne viennent pas régulièrement à l’Église.»

Offrir des rites nouveaux

Être au plus proche des besoins des gens en proposant des rites nouveaux, c’est aussi ce qui motive Aude Gelin, pasteure de la paroisse Ballaigues-Lignerolle, dans le Nord vaudois. Depuis trois ans, elle invite les couples qui fêtent un anniversaire de mariage important dans l’année. Après la prédication, un moment est consacré pour prier pour chacun de ces couples. Dimanche 17 février, au moins 15 couples participeront cette année. «Il s’agit d’un temps de reconnaissance pour les années partagées ainsi que d’une bénédiction au nom de Dieu et d’un mot d’encouragement», explique la ministre. «C’est aussi reconnaître que rester mariés après x années c’est possible. Il y a des hauts et des bas, mais l’amour, le lien dans un couple peuvent être plus forts que tout. Un beau message...» Aude Gelin rapporte que l’an passé un couple participant avait déclaré que «nous nous sommes mariés également devant Dieu. C’est important de fêter cet anniversaire aussi devant et avec Lui.»

Penser aux célibataires

«J’avais peur que ceux qui ne sont pas en couple se sentent un peu extérieurs à ce culte qui met en valeur les couples», explique quant à lui Antoine Schluchter, pasteur à la Vallée de Joux (VD), où une tradition similaire est ancrée depuis plusieurs années. Pour le culte spécial Saint-Valentin du dimanche 10 février, «j’ai proposé à des couples de conduire les différents moments de la liturgie, mais dans ma prédication je suis parti du “Il n’est pas bon que l’homme soit seul” pour valoriser différentes formes de relations présentent dans la Bible.» Une façon de valoriser non seulement la vie en couple, mais aussi la vie en société, la spiritualité et le témoignage.

«Nous n’avons finalement rien pu organiser cette année pour la Saint-Valentin et je le regrette, mais dans nos projets pour 2020, nous prévoyons de faire quelque chose pour les célibataires. C’est des fois une période difficile pour les personnes qui arrivent à la trentaine et souhaitent s’établir. L’an prochain, il est possible que nous organisions un “slow dating” à cette période», explique Carolina Costa. «Et puis les couples n’ont pas forcément envie de se retrouver avec d’autres couples à la Saint-Valentin.»

Prendre soin de son couple

C’est l’option inverse qu’a prise Benjamin Corbaz. Ce soir 14 février, il propose une soirée pour les couples. «Au-delà de la fête, l’idée c’est que l’on prend du temps pour soigner son couple», explique-t-il. «Faire durer une relation, cela ne se fait pas tout seul, alors nous proposons de profitons de la Saint-Valentin pour proposer aux couples de sortir du rite effréné de leurs vies pour accorder un moment à leur relation.»

« Retour
© 2019 Protestinfo