×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
  • 11 janvier 2019 - 09:34
  • Joël Burri 3569 signes
Médias

Radio-R s’affranchit du réseau PhareFM pour assumer son identité romande

Tags:

Le programme chrétien présent sur le DAB+ dans une large portion de la Suisse romande et au Tessin change de nom et gagne en autonomie.

Par Joël Burri

Depuis le début 2019, PhareFM romandie a laissé place à Radio-R. Pourquoi ce changement après environ trois ans d’existence? «Durant une formation sur les lancements de start-up que j’ai suivie il y a quelques années, on nous avait dit qu’il fallait reprendre le business plan après, 1, 3, 5, 7 ans, bref, toutes les années impaires», répond Emmanuel Ziehli, directeur de l’association Radio Réveil qui porte ce projet.

«Radio réveil s’appelait comme ça, avant même l’invention de l’appareil du même nom», sourit Emmanuel Ziehli, rappelant que le mouvement fêtera cette année ses 70 ans. Son activité historique est la création de programme clé en main proposés à des radios francophones qui ont «pour but d’ouvrir la réflexion sur des questions essentielles de la vie dans une perspective chrétienne», selon le site web de l’organisation.

Depuis 2015, Radio Réveil porte sa propre antenne, pour y arriver, elle a fait appel au réseau de radios évangéliques françaises PhareFM. «Ils nous fournissaient un programme de base et nous avions la possibilité de proposer des décrochages suisses. Notre objectif était ainsi de proposer quotidiennement quatre heures de programmes propres à l’antenne romande. Nous sommes même montés jusqu’à sept, par période!», explique le directeur. «Mais en cherchant à obtenir des retours des auditeurs, nous nous sommes aperçus qu’ils étaient très sensibles aux régionalismes. Malgré la partie importante de programmes romands, nous étions perçus comme des Français qui cherchaient à s’implanter en Suisse.» La décision a donc été prise de sortir du réseau PhareFM pour exister sous un nom différent. Un sacré défi pour une équipe d’une demi-douzaine de collaborateurs secondés par des bénévoles qui n’a pas vu ses effectifs gonfler pour autant.

Le changement d’identité s’est accompagné d’une réflexion sur le programme. Une matinale de 6h à 9h ainsi qu’un programme de fin de journée de 16h à 20h sont proposés depuis le 7 janvier. Tout au long de la journée des capsules issues de la production de Radio réveil émaillent un programme essentiellement musical. Le flash horaire de RTSinfo reste proposé toutes les heures piles –PhareFM romandie a été la première radio privée à profiter de cette offre du service public. Les choix musicaux ont, par contre été revus. Alors que PhareFM proposait essentiellement du rock et de la pop chrétienne, Radio-R propose aussi de la musique séculière. «Les auditeurs doivent pouvoir s’appuyer sur quelque chose qu’ils connaissent un peu pour se sentir à l’aise sur une antenne», estime Emmanuel Ziehli.

Les mesures de médiamétries ne sont pas encore disponibles pour Radio-R, mais devraient l’être bientôt. Toutefois sur la base des retours d’auditeurs et des écoutes par internet, le directeur constate une augmentation de l’audience d’une part depuis l’arrivée des infos de la RTS et d’autre part depuis l’annonce du nouveau projet. «De manière générale, je pense qu’il y a de la place pour un programme chrétien en Suisse romande, mais il doit être ouvert et présenter différentes tendances. Il ne doit pas être le porte-parole de tel “-isme” ou de tels “-iques”. L’équipe de Radio-R est d’ailleurs composée d’environ un tiers de catholiques, d’un tiers de protestants réformés et d’un tiers de protestants évangéliques.»

« Retour
© 2019 Protestinfo